Métro de l'horreur
Filiorum ex Deorum
Bonjour est bienvenue sur Filiorum ex Deorum ! Inspiré des romans de Rick Riordan, ainsi que des films, le forum reprend la saga Percy Jackson. Viens vite nous rejoindre, qu'est ce que tu attends ? ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Filiorum ex Deorum Invité !
Les nouveautés du mois d'avril sont par ici ! ♥
Venez participer à la tombola anniversaire, juste ici ! ♥
Les groupes à privilégier sont: les Chasseresses, les Créatures et les Mortels ! ♥

Partagez| .

Métro de l'horreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Métro de l'horreur Sam 3 Sep - 16:41



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Après tous ces allées retour entre l’Europe et les Etats-Unis pour mes recherches, j’étais bien fatigué. Mon retour de Grèce m’avait apporté pas mal de chose à étudier, mais il en restait encore beaucoup à découvrir et je commençais à avoir peur de manquer de temps. La découverte de demi-dieux et de monstres fit ma plus grande joie. J’avais tout noté dans mon carnet et je m’étais même amusé à faire des croquis de ces créatures. Ce n’était pas des œuvres d’art, mais c’était ressemblant et reconnaissable. Mais les refaire de mémoire n’était pas toujours simple. Des fois, j’aurais voulu utiliser des photos, mais la dernière fois les captures furent floues et l’appareil fut briser en morceaux. Il faudra que je pense à commander un bien meilleur appareil, plus précis et plus résistant.

Bien content de retourner dans l’appartement, je laissais tomber mon sac sur un des fauteuils et mon corps sur le canapé. Déchausser, je pris quelques minutes pour moi avant de me relancer à l’aventure. Tout cela était excitant, mais aussi exténuant. Et vers la fin, je me demandais si cela ne risquait pas de me dévorer, que je pouvais finir comme mon père et créer des catastrophes à cause d’une obsession. Pour éviter cela, rien ne valait une pause. Parfois, je me demandais comment je faisais pour rester en vie, je n’avais pas les dons d’un super demi-dieu. Ce n’était que de la chance, rien de plus, cette bonne vielle chance qui m’a souvent aidé. Attrapant la télécommande, je me mis à allumer la télé, zappant les chaînes jusqu’à tomber sur quelque chose d’intéressant. Ils y en avaient beaucoup, la plupart passaient des émissions de cuisines, de jeux ou de société, mais quelque chose m’avait attiré. Revenant à quelques chaînes en arrière, je parvins à la retrouver.

C’était une chaîne d’information. La présentatrice parlait d’un événement qui s’était produit aujourd’hui même, dans un métro. On voyait les images derrière elle. Ce qu’elle racontait éveillait la curiosité :

« Ce matin, un groupe de passant attendant le métro furent victime d’un incident. Le train fut stoppé à son arrêt et des personnes dirent avoir vue quelque chose les attaquer. Deux blesser seulement furent déclarer, aucun mort. Mais d’après les témoignages, quelque chose aurait attaqué le train, détruisant l’avant et qu’une personne serait partis l’affronter. Nous ne savons s’il s’agit d’un acte isolé ou non, ou bien juste un accident, nous attendons encore les déclarations des autorités… »

J’éteignis la télé, comprenant qu’il s’agissait de quelque chose de tout autre. Une attaque du genre, rien de naturel, j’étais prêt à parier à l’attaque d’un monstre ou d’un dieu. Voilà une occasion à ne pas louper. Très vite, je remis mes chaussures, attrapai mon sac et dissimulai mon pugio afin de me rendre à cette sortie de métro. Je ne mis pas plus de dix minutes pour y arriver, mais malheureusement, la foule autour empêchait de circuler, curieuse de savoir de quoi il s’agissait. La police et leur cordon de sécurité semblaient infranchissables. Pour pouvoir contourner, j’ai dû passer par une autre entrée de métro, plus tranquille et à peine surveillé. Je n’avais qu’à me courber et passer au bon moment pour y rentrer au nez et à la barbe des policiers. L’escalier partait un peu en zigzag, mais j’arrivais rapidement à la station de métro qui était déserte. Ils devaient sûrement avoir fermé cette station à l’instant, une chance. Elle était à peine éclaire par les néons au-dessus de la zone passagère, la voie du chemin de fer était complétement plongée dans le noir. Je descendis avec précaution et à l’entrée du tunnel, je sortais de mon sac une lampe torche, idéal pour explorer les tombes anciennes et le métro. D’un pas prudent, je remontais le tunnel, direction la station attaquer.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Sam 3 Sep - 17:39






Métro de l’horreur ! [PV Armando]






Le regard fixé sur l’ordinateur, j’écoutais d’une oreille distraite les informations. Rien de bien intéressant. Mon alarme de téléphone sonna. Je regardai l’heure surpris. Le temps passait vite. La sonnerie était pour me rappeler de prendre mes médicaments. Pas très classe. Je me levai de mon fauteuil et attrapai mes anxiolytiques avec mes antipsychotiques. J’avais pas l’impression que cela me servait à grand-chose mais autant les prendre. Pendant que j’avalai le tout avec de l’eau. La présentatrice des infos attira mon attention.

« Ce matin, un groupe de passant attendant le métro furent victime d’un incident. Le train fut stoppé à son arrêt et des personnes dirent avoir vue quelque chose les attaquer. Deux blesser seulement furent déclarer, aucun mort. Mais d’après les témoignages, quelque chose aurait attaqué le train, détruisant l’avant et qu’une personne serait partis l’affronter. Nous ne savons s’il s’agit d’un acte isolé ou non, ou bien juste un accident, nous attendons encore les déclarations des autorités… »

Je me tournai vers l’écran, où des images passaient derrière. Il ne me fallut pas longtemps pour faire le rapprochement entre cela, les monstres et les demi-dieux. J’attrapai mes clés et fonçai jusqu’à ma voiture. Pieds au plancher, mes délires habituels me traversèrent l’esprit. Je n’y fis pas attention bien qu’une goutte de sueur perla à mon front. Quand j’arrivai sur place, le monde qu’il y avait me donna la nausée. Je descendis de la voiture et alla plus loin à la recherche d’une autre entrée.

Finalement, il y en eu une à peine surveillé. Il ne me fallut pas beaucoup d’effort pour leurs passer sous le nez. En entrant, la solitude de l’endroit me fit du bien. La station devait avoir fermé  car c’était désert et seuls quelques néons éclairaient faiblement. Précautionneusement, je descendis sur les rails et alluma la lampe torche de mon téléphone. Je remontai lentement le tunnel quand un autre faisceau attira mon attention. Je vis un autre homme et fus trop surpris pour avoir peur :

« Qui êtes-vous ? »

Qui pouvait bien se promener dans une station de métro fermé, à part moi ?

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Sam 3 Sep - 18:38



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




J’avançais doucement dans le tunnel, prêt à agir si ce qui semblait être un monstre imposant me barrerait le passage. En même temps que je progressais une idée me vint, les monstres n’étaient pas tous connus pour être des assoiffés de sang. Certains étaient plutôt sympas comme Pégase ou Chiron. Je pourrais jouer un peu à l’enquêteur. D’ailleurs, j’avais l’impression de passer d’archéologue à chasseur surnaturel. Dingue non ? Les deux fonctions pouvaient se mélanger. Alors que j’avançais, une voix me fit me retourner. Sur le coup, je fus aveuglé par une lumière blanche. J’essayais de me protéger les yeux avec mon bras libres et à l’éclairer lui aussi.

Clayton - Qui êtes-vous ?


« Mince » me dis-je. Il devait sûrement s’agir d’un agent de sécurité ou d’un policier qui m’a repéré. De là avec la lumière dans les yeux, je ne pouvais rien distinguer. Au tant jouer la prudence, ne pas se montrer agressive et lâcher quelques informations véridiques sans trop en dire. Les bras légèrement écartés en l’air, je montrais que je n’étais pas dangereux, aucune arme à feu, aucune intention hostile. Je m’attendais à une série de questions et à me faire arrêter, mains derrière le dos et reconduit à la surface. Et qu’il me dirait « Cette zone est fermé, personne n’est tolérer ici » ou quelque chose du genre. Il fallait que je gagne un peu de temps pour trouver une parade et lui fausser compagnie. S’il avait une arme pointée vers moi, ce sera légèrement plus compliqué. Au pire, je prendrais une balle dans le dos, rien de bien alarmant.

Armando – ça va amico. Je n’ai pas d’arme à feu sur moi. (Je le précise à cause de mon Pugio). Je suis là pour aider. Mon boulot est d’enquêter sur cet incident.

Ouaip, je n’étais pas très convaincant, j’en doutais. Je n’avais pas la tête du gars qui s’occupait de l’entretient des tunnels, ni d’un officier. Mais je ne devais pas jouer un rôle, juste lui faire baisser sa garde. De toute manière, si je parvenais à m’enfuir, il ne me retrouverait jamais, ignorant mon nom et sans doute voyant mal mon visage. Au tant continuer.

Armando – Je suis expert dans ce genre de chose et j’ai commencé mon investigation à partir d’ici. Il faudra faire attention, y’a un gros risque que l’incident se propage jusqu’ici. Tout comme une invasion de rats. Faudra fermer les accès et emmener les pièges à rats au plus vite.

Voilà que je mettais de mon humour pourri. Mais quand cela me venait, je ne pouvais m’en empêchais. J’espérais être plus convaincant, mais pas sur à cause de mon allusion aux rats. Au fur et à mesure que l’individu approchait, j’arrivais à mieux le distinguais. Il me semblait de moins en moins évident qu’il s’agissait d’un agent de sécurité ou d’un flic. Mince alors, un autre gars qui s’était engouffré ici, peut-être en me suivant, se demandant ce que je faisais et qui me tombait dessus. Voilà qui serait fâcheux, car je ne savais pas qui était devant moi et ce qu’il voulait en venant ici aussi.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Dim 4 Sep - 13:11






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






« Ça va amico. Je n’ai pas d’arme à feu sur moi. Je suis là pour aider. Mon boulot est d’enquêter sur cet incident. »

Un enquêteur ? Merde.  Il fallait que je me sauve, car ça m’étonnerait qu’il apprécie qu’un inconnu se balade sur la scène de crime et tout saboter. Cependant, « l’enquêteur » n’était pas très convainquant. Je m’approchai lentement de lui. Si c’était vraiment un officier, je courrais et il ne me retrouverait sans doute jamais. De plus, il n’avait pas d’arme à feu donc c‘était un bon point. Dans le cas contraire, je ne sais pas trop ce que je ferais. Franchement, combien y avait-il de chance pour que quelqu’un d’autre veuille explorer une station de métro fermé pour un accident aux premiers abords banal ? Elles approchaient zéro. Le mec continua :

« Je suis expert dans ce genre de chose et j’ai commencé mon investigation à partir d’ici. Il faudra faire attention, y’a un gros risque que l’incident se propage jusqu’ici. Tout comme une invasion de rats. Faudra fermer les accès et emmener les pièges à rats au plus vite. »

Je plissai les lèvres devant cet humour douteux. Il a vraiment pensé que cela pouvait être marrant ? J’approchai encore et lorsque je le distinguai bien je souris.

« A d’autres ! Vous êtes autant enquêteur que moi flic ! »

Le gars  ressemblait à un Indiana Jones moins charismatique avec sa lampe et son sac. Cela ne m’aurait pas étonné qu’il soit historien lui aussi. Je l’observai minutieusement. Il manquait plus le lasso…

« Du coup, qui êtes-vous ? Et surtout, que faites-vous ici ? »

Pour éviter toute mal compréhension, j’ajoutai au rique de paraître fou (honnêtement j’y suis habitué…) :

« Moi, j’y viens enquêter. Cet accident est plus étrange qu’il ne le laisse paraître… »

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Lun 5 Sep - 13:15



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Clayton - A d’autres ! Vous êtes autant enquêteur que moi flic !

Voilà qui m’étonna sur le coup. Il n’était donc pas policier. Que pouvait-il bien être ? Alors qu’il continuait d’approcher, j’ai pu mieux l’observer. Effectivement, à la vue de son accoutrement, il était juste un civil. Pour quelle raison serait-il ici ? Un curieux sur cette affaire d’agression qui aurait profité de la distraction des policiers comme moi pour venir ? Cette entrée de métro était la plus proche du lieu de l’incident, logique qu’il l’est choisi tout comme moi.

Clayton - Du coup, qui êtes-vous ? Et surtout, que faites-vous ici ?

Drôle de question. Levant un sourcil en l’air, je lui rétorqué :

Armanado – Je pourrais vous poser la même question.


Comprenant qu’il n’était pas armé, du moins je ne le voyais pas, je baissai les bras, un peu soulager après avoir commencé à sentir une gêne au niveau de l’épaule droite.

Clayton - Moi, j’y viens enquêter. Cet accident est plus étrange qu’il ne le laisse paraître…


Voilà qui confirmait mon idée du civil curieux. J’espérais que ce n’était pas un excentrique à la recherche de preuve de la théorie du complot ou quelque chose du genre. New-York enfermait une immense population très loufoque qui pouvait surprendre le voyageur non préparé. J’acquiesçais de la tête pour dire que ce qu’il disait était vrai. Pendant un instant, je lui avais tourné le dos pour éclairer le tunnel qui menait à la station attaquée avant de rediriger mon faisceau lumineux vers lui. Il était toujours bon de se faire de nouveaux potes, encore, il restait à savoir quelle était l’intention de notre nouvel ami.

Armando – Une histoire comme ça… Y’a de quoi se poser des questions… Mais c’est peut-être à cause du gaz ou d’un incident de rail. Faut pas s’attendre à du gros mystère.

C’était une éventualité, que je n’y croyais pas. Je me doutais bien qu’il y avait du monstre là-dessous, un truc très impressionnant, mais le dire à un inconnu, ce serait se faire passer pour un fou. Et s’il y avait vraiment un monstre, mieux valait l’en éloigner pour éviter des blessés inutiles. Par contre, je me doutais qu’il ne croirait pas à cette idée de gaz ou de rail. La personne ayant un peu de jugeote se douterait de quelque chose qui se tramait et qu’une version officielle parlant de gaz (ça parle toujours d’accident de gaz) ne serait pas crédible, sauf pour ceux cherchant la sécurité absolue. Jouant de nouveau les profs et chercheurs, je me mis à lui sourire pour connaître son avis :

Armando – Et vous ? Qu’en pensez-vous ?


Tout en continuant de l’éclairer pour ne pas le perdre de m

made by MISS AMAZING.

on champ de vision.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Lun 5 Sep - 20:02






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






« Une histoire comme ça… Y’a de quoi se poser des questions… Mais c’est peut-être à cause du gaz ou d’un incident de rail. Faut pas s’attendre à du gros mystère. »

Je ricanai. Une histoire de gaz… C’était toujours la faute du gaz. Mais je pense, que là encore, seul un désir profond de se sentir en sécurité peut faire gober un truc aussi gros. C’est là le principal défaut des mortels, à quelques exceptions près, bien sûr. Ils ont tellement peur de la réalité, de voir ce monde comme il est, à savoir un lieu affreux où tout le monde peut mourir à tout moment sur le caprice d’un dieu, qu’ils ne voient que ce qu’ils veulent. Ça les mène jusqu’à un accident de gaz. Alors non, pardon, je n’y croyais pas trop…

Je regardai mon nouvel « ami ». Si j’avais dû le classer dans une catégorie, je l’aurai mis dans la case, mortel trop curieux, bien que moi-même je le sois aussi. Cependant, moi, j’avais un bien puissant pouvoir. Je savais la vérité. Et il n’y avait que très de chance que ce soit le cas de notre Indiana Jones.

« Et vous ? Qu’en pensez-vous ? »

Ce qu’il y a de bien, lorsqu’on a passé quelques années dans un hôpital psychiatrique, c’est qu’on a plus vraiment peur de passer pour un fou. Le monde croit que vous l’êtes déjà. Et puis de toute façon, je ne reverrais jamais la personne en face de moi. Au mieux, il s’excusera poliment et s’en ira pour raconter plus tard qu’il avait vu un fou à ses amis, et au pire, il appellerait l’hôpital. De toute manière, à la moindre réaction étrange, je m’en irais en courant. Je lui souris très poliment et dis d’un air détaché :

« Je pense que c’est un monstre grec qui a attaqué le train. Ou peut-être un dieu, même si ça reste improbable. Je pense aussi que c’est un demi-dieu qui est parti l’affronter. »

J’inclinai légèrement la tête en souriant :

« Mais mon avis importe peu. Qu’en pensez-vous,-vous ? »

© Jawilsia sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Dim 11 Sep - 14:00



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Tout aussi souriant, cet homme me répondit d’un air détaché comme si tout cela ne le concernait pas, ou bien qu’il y vît quelque chose qui nous dépassait :

Clayton - Je pense que c’est un monstre grec qui a attaqué le train. Ou peut-être un dieu, même si ça reste improbable. Je pense aussi que c’est un demi-dieu qui est parti l’affronter. Mais mon avis importe peu. Qu’en pensez-vous, vous ?

Il n’en perdit pas son sourire qui devint inquiétant à sa réponse. J’en fus médusé, je m’attendais à tout, sauf à cela. Bien qu’il restât une chance que ce soit un New-Yorkais fou, parlé de ça en cette période ne pouvait laisser place au doute. J’en étais arrivé à la même conclusion que lui grâce à mon travail et à mon don. Cette personne pouvait en avoir fait autant. Mais une chose que j’avais apprise durant mes voyages, c’était de toujours se méfier de ceux qui se mêlaient des affaires mythologiques. Bien que la personne en face pouvait apparaître comme un être fort sympathique, il pouvait se transformer en monstre ou dieu maléfique et aussi, un demi-dieu psychopathe. Au cas ou, je laissais ma main libre non loin de la poignée de mon pugio dissimuler derrière mon sac. Je devais savoir à qui j’avais à faire en posant les bonnes questions, mais cela allait sans doute se transformer rapidement en jeu du « tournée autour du pot » jusqu’à ce qu’un monstre hideux nous tombe dessus. Reprenant mon sourire un peu espiègle, je me mis à le questionner, presque sur le ton moqueur.

Armando – Ce que je pense moi ? Pour l’instant c’est une catastrophe inconnue avec un bon mystère à résoudre. Mais une attaque d’êtres mythologique… C’est une bonne théorie. Et vous, dans tout cela ? Vous êtes un héros venu affronter le monstre ou le dieu malfaisant et sauver les gens de cette cité ? Ou juste venu aider celui déjà arriver ici ? A moins d’être une divinité également.

J’étais convaincu à quatre-vingt-dix-neuf pour cent qu’il faisait partis de cet univers de dieux et héros grecques. Mais je voulais savoir dans quel groupe il faisait partie, qui il était vraiment. Pour cela, je devais connaître sa réponse et tenter d’analyser ce qu’il dirait. Bon, je n’étais pas très doué pour deviner si l’on me mentait ou pas comme dans mentalist, mais ses mots donneront des indices sans aucun doute. S’il était un dieu ou bien le monstre qui a attaqué le métro, me dévoilant de suite, cela risquait de me mettre en danger. Je ne serais pas un pauvre mortel, facile à effrayer… Du moins, je le crois.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Dim 11 Sep - 19:32






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






Il eut l’air très surpris, ce qui en soit, n’est pas très surprenant. Si je ne voyais ce que je voyais et que quelqu’un me disait ça, je le prendrais pour un fou. En attendant, j’attendais de voir sa réaction, avec impatience. J’espérais qu’il allait s’en aller me laissant le champ libre pour mes recherches. Parce que, examiner la scène du crime avec un inconnu dans les pattes, ce ne sera pas le top.

« Ce que je pense moi ? Pour l’instant c’est une catastrophe inconnue avec un bon mystère à résoudre. Mais une attaque d’êtres mythologique… C’est une bonne théorie. Et vous, dans tout cela ? Vous êtes un héros venu affronter le monstre ou le dieu malfaisant et sauver les gens de cette cité ? Ou juste venu aider celui déjà arrivé ici ? A moins d’être une divinité également. »

Je relevai la tête en le regardant les yeux ronds. Qui était-il ? Et pour qui le prenait-il ? Ce devait sûrement être un demi-dieu venu effacer les traces mais dans ce cas, pourquoi le prenait-il lui pour un héro ? Ou alors, c’était un dieu qui était venu s’enquérir de l’attaque. Ou peut-être même était-ce le monstre qui avait causé l’accident ? Je reculai, soudain très méfiant. Je m’attendais à tout sauf à ça.

« Non, rien de tout ça… Moi, je suis seulement un mortel capable de voir votre monde… »


Je passai une main dans mes cheveux un peu nerveux. D’ici qu’il me tue. Il attendait sûrement que ça, me sauter dessus pour supprimer la seule personne qui est peut-être capable de résoudre le mystère. Comme ça, le monstre ou le je ne sais quoi qui était devant moi pourrait repartir l’esprit tranquille. Que j’étais bête de m’être dévoilé ainsi. J’allais mourir à cause de cela.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Jeu 15 Sep - 12:02



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Cette fois-ci, ce fut à son tour d’afficher de la surprise. Il m’avait parlé de monstre mythologique en premier et il fut étonné de ma réponse. Soit il se moquait de moi, et donc il ne s’attendait pas à ce que je lui réponde comme quelqu’un partageant un délire, soit il s’attendait à ce que je le prenne pour un fou et qu’ainsi, je le laissais en paix. D’un côté, j’aurais agi de même, faisant partie d’un groupe très rare de mortel, je ne m’attendais pas à ce que l’on me croie quand je parlais de monde mythologique existant. C’était pour cela que je cherchais à rassembler des preuves. Mon nouvel « ami » allait perdre ses yeux, tellement ils étaient ouverts, il fit même un pas en arrière, comme effrayer. Je serais curieux de savoir à quoi il pensait exactement.

Clayton - Non, rien de tout ça… Moi, je suis seulement un mortel capable de voir votre monde…


Whaou ! On allait vraiment de surprise en surprise. Ce fut à mon tour d’en être estomaqué. Je ne m’attendais vraiment pas à cela. Sur le coup, j’avais un doute, mais je finissais rapidement par croire à son histoire. Il était comme moi ! Je faisais partie d’un groupe d’humain très rare pouvant voir à travers la brume, difficile de mentir sur ça, car comme nous étions rare, nous n’étions pas très connus, encore moins que les dieux et leurs enfants. S’il était autre chose, il aurait dit « un demi-dieu » ou un « monstre », ça aurait été plus crédible. De plus, il affichait une grande nervosité. Il avait la main dans les cheveux, se tenant le cuir chevelu de façon stressée. S’il était un acteur, il serait très bon, je serais même allé voir tous ses films. Mon visage s’adoucit et il exprima de la joie. Lui souriant, je lui déclarais :

Armando – Bon ben bienvenu au club dans ce cas.

Lui tournant le dos, j’éclairais de nouveau le long tunnel qui se perdait vers le lieu de l’attaque. Avançant d’un pas assuré, j’annonçais à l’intention à mon co-antibrume :

Armando – Allons donc percer ce mystère de l’étrange.

Je devais l’avouer, j’étais content de rencontrer quelqu’un d’autre comme moi, on se sentait moins seul. En plus, il était là pour la même raison que moi, découvrir le fin mot de cette histoire d’attaque. Je serais vraiment heureux d’avoir une aide dans cette affaire.

made by MISS AMAZING.


_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Lun 19 Sep - 17:11






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






Alors que je fermai les yeux dans l’attente de ma mort imminente, il y eut un silence. Finalement, je les rouvris et je le vis qui avait l’air encore plus estomaqué que moi si possible. Son visage dur se radoucit et un sourire l’éclaira :

« Bon ben bienvenu au club dans ce cas. »


Là, on allait de surprise en surprise ! Il était comme moi ? Vu sa santé mentale qui avait l’air bien équilibré, j’en doutais sincèrement. Pourtant il avait l’air si sincère. Alors, lui aussi était un mortel piégé dans un monde de fou. Un monde où il n’avait rien à y faire ? Et pourtant, le voilà, qui avait l’air fort et en bonne santé. Faisait-il lui aussi des cauchemars au point qu’il avait peur de dormir ? J’en doutais fortement. Il avait forcément eu quelqu’un pour lui expliquer. Sinon, il aurait perdu la raison. Comme moi. Je me surpris l’espace d’un instant à être jaloux de lui. Sentiment qui s’effaça bien vite tandis qu’il disait le regard tourné vers le tunnel sombre :

«Allons donc percer ce mystère de l’étrange. »


Je souris. Je devais l’avouer, ça faisait du bien d’avoir quelqu’un comme moi à mes côtés. De ne pas se sentir à part. J’hochai vigoureusement la tête :

« Et comment ! »

On s’enfonçai dans le tunnel sombre tandis que nos deux torches nous éclairaient. L’humidité commençait à transpercer mon sweat tandis que l’air devenait plus froid. Nos pas résonnaient dans le silence de mort qui régnait. Je tournais ma torche vers les murs qui étaient tagués de mots tellement intelligents : « sale p*** » par exemple. J’étais toujours sidéré par la stupidité dont certains jeunes faisaient preuve. N’y voyez pas là le discours d’un vieux relou, non simplement, qu’il n’y avait strictement aucun intérêt à faire cela. Finalement mes pensées s’arrêtèrent lorsqu’on vit le bout du train complètement fracassé. C’était une véritable chance qu’il n’y ait pas eu de mort. Et c’était loin d’être un accident, c’était visible directement. On aurait dit qu’il avait été frappé par une massue géante.

« Oh merde… »

Fut le seul mot que je pus dire.
© Jawilsia sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Mer 21 Sep - 13:06



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Mon nouveau compagnon semblait tout aussi heureux que moi de partir dans cette aventure. Lui aussi devait être heureux de rencontrer quelqu’un comme lui, comme ça devait l’être pour moi. Ainsi, nous travaillons ensemble sur cette affaire bien surnaturelle. Le tunnel que nous remontions était bien sombre, plongé dans les ténèbres, faiblement éclairer par les lumières dispersées au plafond. La torche éclairait des morceaux de murs en briques. On y trouvait des graffitis un peu partout, certains étaient des insultes, d’autres un peu plus artistiques. Je me demandais ce que penseront les archéologues du futur quand ils découvriront ça dans un millénaire ou plus. Penseront ils qu’ils s’agissaient de représentations liées à un culte ? Ou juste une décoration ? Peut-être un lieu de procession ou une tombe, je serais curieux de le savoir, mais je ne pourrais le vivre assez longtemps pour ça.

Après quelques minutes de marches, nous arrivons enfin à l’épave du train. Il était mieux éclairé grâce aux lumières de la station se trouvant en face. Autant vous le dire, ce n’était pas joli du tout. L’engin avait quitté ses rails, zigzagant sur le sol en béton comme un serpent. Et le plus terrible fut la partie avant, complétement détruite comme si elle avait reçu un violent coup de marteau. Quel genre de monstre pouvait commettre une telle destruction ?

Clayton - Oh merde…
Armando – Comme vous dites.


Eclairant le tour du train, je poursuivis :

Armando – Allons examiner ça de plus près.

Je montais à l’intérieur du train et me mis à examiner les lieux. À l’arrière, juste quelques sièges avaient commencé à se détacher du sol. Mais plus vers l’avant, tout fut sans-dessus-dessous. Les sièges et les bancs furent littéralement arrachés et formèrent un bazar de métal et de tissus en mousse. Mêmes les parois furent tordues comme si une centaine de marteaux en fer avaient cogné dessus. Il était difficile de se déplacer à l’intérieur. Il fallait enjamber un grand nombre d’obstacles pour poursuivre son chemin. Mon cerveau carburait pour savoir ce qui avait pu provoquer cela. Une chose était sûre, ce n’était pas un banal accident, au moins on était fixé. Une idée émergea de mon esprit et je voulais en faire pars à mon camarade :

Armando – Je ne sais pas pour vous, mais je suis tenté de dire qu’on a peut-être à faire à un cyclope ! Ou un autre type de géant. Mais je peux me tromper. Vous avez-peutêtre votre avis dessus.

Soudain, un bref éclair me frappa, j’avais commis une petite erreur que je devais rectifier :

Armando – Au fait, désolé, j’ai oublié de me présenter. Armando Lombardi à votre service. Et à qui ais-je l’honneur ?

Il serait bon d’avoir un nom à poser sur mon nouvel ami, je ne voudrais pas le nommer avec des adjectifs, ce serait mal poli.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Ven 23 Sep - 12:02






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






« Comme vous dites. »

Mon ami éclaira le bout du train et poursuivit :

« Allons examiner ça de plus près. »

Je le suivis à l’intérieur du train, qui était complètement ravagé. Surtout vers l’avant. Les sièges et les bancs ont été littéralement arrachés et formait à présent un bazar de métal et de tissus en mousse. Mêmes les parois avaient été tordues comme si une centaine de marteaux en fer avaient cogné dessus. Le désastre était un peu moins grand à l’arrière, juste quelques sièges avaient commencé à se détacher du sol. Tout en essayant de me frayer un passage, je réfléchissais.  Seul quelque chose de très grand avait pu provoquer des tels dégâts. Mon camarade avait visiblement eu le même résonnement que moi, car il dit :

« Je ne sais pas pour vous, mais je suis tenté de dire qu’on a peut-être à faire à un cyclope ! Ou un autre type de géant. Mais je peux me tromper. Vous avez peut-être votre avis dessus. »

Je répondis :

« Non, j’ai le même avis. »

Puis je repris mon inspection attentive au moindre détail pouvant aider.

« Au fait, désolé, j’ai oublié de me présenter. Armando Lombardi à votre service. Et à qui ais-je l’honneur ? »

Je souris. Quel contexte étrange pour se présenter. Illégalement, dans un train détruit par une espèce de monstre. Je répondis :

« Moi, c’est Clayton. Clayton Lawrence. Ravi, de faire votre connaissance. »

Soudain, j’entendis des voix qui parlaient. Je me concentrai et parvint à comprendre :

« …vez des preuves. Ce n’est pas un accident. »

J’observai rapidement et vit une horde de flics. Je regardais Armando pour voir s’il avait aussi entendu. J’éteignis rapidement ma lampe. Et ce fut avec la nette impression de me répéter que je chuchotai :

« Et merde… »

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Dim 25 Sep - 19:55



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Clayton - Moi, c’est Clayton. Clayton Lawrence. Ravi, de faire votre connaissance.

J’étais bien content que nous nous soyons présentées. Ceci facilitera notre collaboration. Alors que je poursuivais mon inspection du train, d’étranges bruits se firent entendre vers la sortie. Ils s’agissaient de voix, mais je ne distinguais pas ce qu’elles disaient. Ceci me fit me retourner pour éclairer vers l’origine du son. Cela approchait. Clayton éteignit sa lampe, je fis de même. On devait jouer discrètement, ne pas se faire repérer, sinon tout serait fichu. On devrait s’expliquer aux flics et se retrouver en détention pendant je ne sais combien de temps. J’ai déjà été arrêté par le passé. Quand je fouillais dans des lieux historiques, sans autorisations. À chaque fois, je pouvais vous le promettre, j’avais une bonne raison. Et à chaque fois, je sortais rapidement, mais là, je ne voulais renouveler l’expérience.

Clayton - Et merde…
Armando – Comme tu dis une fois de plus.


Un groupe de policier firent leur apparition en bas des escaliers. Ils allaient nous repérer d’un instant à l’autre. Très vite, je me mis à chercher une issue et je pensais en avoir trouvé une. Entre les bancs retournaient dans le wagon, il existait un passage un peu étroit. Il faudra juste ramper un peu pour rejoindre l’autre bout. J’essayais de bouger le premier banc qui était dessus pour gagner de la place, mais il refusait de se déplacer. « Flûte ! » Me dis-je pour rester poli. Je me retournais vers Clayton et lui fis signe :

Armando – Par ici.

Je parlais assez bas pour pas que mes mots ne se mirent à résonner entre ces murs. J’espérais qu’il me suivait. Je devais déjà ramper sous les bancs et des morceaux de tôles sur un ou deux mètres avant de finir le reste du parcours accroupi. On arrivait au bout du wagon, là où tout l’avant avait disparue par un coup violent. Ici, on était à l’abri des regards venant de l’entrée de la station. Mais nous n’étions pas encore sorties d’affaire. Les policiers qui nous suivaient, pouvaient monter à leur tour dans le train et nous trouver rapidement. Nous devions nous en éloigner en nous enfonçant dans le tunnel. Mais alors que je tentais de faire un pas, un rugissement effroyable fit trembler les parois du tunnel et de la station. Surpris, je sortais de sa cachette mon pugio, près à parer tout éventuelle attaque du monstre, s’il apparaissait. L’écho fut si fort qu’il était difficile de savoir s’il était juste au prochain tournant, ou à plusieurs centaines de mètres encore plus loin.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 11:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Mer 5 Oct - 12:48






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






Il me fit signe de le suivre :

« Par ici. »

Je le suivis donc en rampant. Les débris déchiraient mon jean. Une fois que je pus enfin me mettre accroupie, j’eus la nette impression d’être de retour au collège, en cours d’EPS pour l’échauffement. Les cuisses brûlantes je me relevai. Nous étions dans le wagon où l’avant avait été arraché. Il fallait fuir en s’enfonçant encore plus dans le tunnel. Mais soudain un rugissement retentit et je retiens un énième juron. Je voulus faire demi-tour, entre la prison et la mort, je choisissais la prison. Mais lorsque je vis le monstre, je ne pus plus bouger. Il faisait plus de deux mètres et il n’avait qu’un œil. Un cyclope, on avait vu juste. Il était à une centaine de mètres, pourtant, il semblait  s’approché si rapidement. Je vis à peine Armando sortir une espèce de poignard. Un pugio me semblait-il. Je lui lançai un regard, on allait mourir. Ça paraissait évident. Et notre mort restera non-élucidé, alors, on prétendrait sûrement à une fuite de gaz. Etrangement, cette idée m’amuse. Le monstre avançait vers nous et mon esprit carburait à cent à l’heure. Bizarrement, je n’avais pas peur. Pour la première fois depuis longtemps. Je compris que c’était à cause de l’adrénaline. Le monstre m’attrapa par le bras en me soulevant u sol. Bon, là, j’avais peur. Le sol était loin désormais.  Il me lâcha et je retombai lourdement sur le sol. J’avais le souffle coupé et je me demandai pourquoi j’étais encore en vie. Mais l’heure n’était pas vraiment aux interrogations. Je me relevai en tâtant mes côtes endolories. Pour l’instant la douleur était soutenable. Je criai à mon ami espérant couvrir le rugissement du cyclope :

« On se tire ? »

© Jawilsia sur Never-Utopia


Dernière édition par Clayton O. Lawrence le Lun 24 Oct - 12:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Ven 7 Oct - 8:30



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




C’est alors que l’on vit apparaître devant nous, un géant. Et pas n’importe lequel, un cyclope ! Un imposant monstre avec son œil unique au milieu du front. Un grand sourire se dessina sur mon visage. J’étais si heureux d’en voir un, comme un gosse qui voyait un de ses personnages préférer d’une série ou d’un cartoon. N’importe quel archéologue ou expert en antiquités serait ravis de rencontrer une telle créature. Malheureusement, les réjouissances d’une telle découverte ne furent que de courte durée. Le monstre hurla à notre attention et il fonça droit sur nous. Je parvins à esquiver l’assaut de cette montagne de chaire, mais mon pauvre compagnon n’eut la même chance. Le cyclope l’attrapa au bras pour le soulever. Je hurlais à son intention, effrayé à l’idée qu’il risquait de se faire dévorer. Ces cyclopes étaient généralement cannibales.

Je fonçais droit sur le monstre sans réfléchir, comme d’habitude quoi, pour tenter de libérer Clayton. Je frappais le cyclope au niveau de la jambe et lui fis une belle entaille. Le monstre hurla et lâcha Clayton qui tomba au sol. J’allais le rejoindre pour l’aider à se relever. Le cyclope était bien énervé à présent et il piétinait le sol comme s’il piquait un caprice. Mon ami semblait avoir mal, normal. Il tâtait ses cotes. J’espérais qu’il n’avait rien de casser. Apparemment non, heureusement. Il me cria, assez fort pour se faire entendre au-dessus des hurlements du monstre :

Clayton - On se tire ?
Armando – Très bonne idée.

Mais comment ? Le monstre bloquait la seule voie possible. Derrière nous, il y avait les restes du train, mais il nous faudrait ramper pour passer comme tout à l’heure et le cyclope pouvait donc nous écraser en un ou deux coups. Et devant nous, il y avait ce gros balourd qui bloquait la voie. On était piégé. C’est alors que je me souvenais que mon arme était recouverte de ce qu’ils appelaient du « bronze céleste », un métal pouvant tuer ces monstres. À l’origine, cette arme devait revenir à mon frère, mais actuellement, nous en avions plus besoin que lui. Me tournant vers Clayton, je lui demandais :

Armando – Restes près de moi !

Ainsi, je longeais le mur, passant à côté du cyclope. Ce dernier tenta de nous attraper et en retour, je frappais aussi fort que je le pouvais avec mon arme. Ce que j’espérais se produisit. Mon arme fit de belles blessures à ce géant, qui recula sur le coup. Avec une simple arme, cela n’aurait été possible, mais à présent, nous avions un avantage. Le cyclope tenta cette fois-ci de nous écraser avec son poing. Je poussais Clayton sur le côté et après l’impact, je frappais avec ma lame le poigné du monstre qui hurla de douleur et partis se mettre dans un coin pour faire passer la douleur. J’en profitais pour hurler à mon ami :

Armando – Cours !

Ainsi ce fut une très longue course dans les tunnels sombre du métro.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Lun 24 Oct - 13:25






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]






« Très bonne idée. »

Oui, c’était une bonne idée, mais après, l’autre idée, c’était comment… Le monstre bloquait notre seul passage. Si on faisait marche arrière, le cyclope écraserait le train et on mourrait écrabouiller. Pas une chouette perspective, entre autre. On était piégé. Il sortit soudain sa drôle d’arme et entreprit de taillader le monstre avec. Il hurla et je réussis à l’entendre malgré les hurlements :

« Restes près de moi ! »

Je ne me fis pas prier. Je le suivis tandis qu’il longeait le mur en frappant le monstre. Son arme était recouverte de bronze céleste et j’avais récemment appris que cette arme s’avérait souvent mortelle pour les monstres. Je ne savais pas comment il se l’était procuré mais pour dire vrai je m’en contre-fichais pas mal. Nous avions donc un avantage. Quand le monstre tenta de nous écraser avec son poing, il m’écarta d’un geste et le frappa au poignet. Le monstre recula et nous pouvions désormais courir.

« Cours ! »

Oui, ça je ne l’avais pas attendu pour le faire. Bizarrement, ma peur s’était changée en adrénaline et les lourds pas des monstres résonnaient derrière moi. Au moins, on l’écartait des policiers. Je crois que je n’avais jamais couru aussi vite. Pourtant, il vient forcément un moment où on en peu plus. De toute manière, le monstre nous rattrapait. Je réfléchis longuement tout en courant. Si un monstre avait un corps, il avait forcément des points faibles. J’avais eu le temps de le regarder. Et j’étais médecin. Je m’arrêtai à bout de souffle et le monstre m’attrapa une nouvelle fois. Sauf que cette fois-ci, je ne restai pas à rien faire. Je balançai mes jambes violemment et mon pied heurta sa clavicule. Il me lâcha mais je réussis tant bien que de mal à attraper une touffe de cheveux. Il baissa la tête sous mon poids bientôt son cou fut à la hauteur de mon ami. Je lui hurlai :

« Vise la carotide ! »
© Jawilsia sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Mer 26 Oct - 19:23



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »



Nous courrions aussi vite que possible, je pense même avoir battu mon record du cent mètre. Cette chose nous talonnait, et vue comment nous l’avions énervé, elle ne comptait pas nous lâcher avant de nous réduire en bouillit. J’allais si vite que je finissais par ne plus sentir mes jambes, j’avais peur de vite m’essouffler et de finir attraper entre les grosses mains du géant. Ce qui se produisit de suite fut rapide et me surprit. J’avais remarqué trop tard que Clayton s’était arrêté de courir, et le malheureux fut de nouveau capturé par cette grosse brute. J’avais du mal à réaliser, mais à la dernière seconde, je compris qu’il fallait que j’aille à son secours. Je ne l’avais pas sauvé de se faire dévorer pour qu’il crève aussi rapidement après. Mais mon nouvel ami était rempli de ressource. En se débâtant, il le frappa avec ses pieds vers l’épaule du monstre. La clavicule, je crois. Le géant hurla et lâcha sa proie.

Clayton se rattrapa de justesse aux cheveux du géant et avec son poids, le força à courber la tête jusqu’au sol. Le monstre hurla de douleur et de rage, et voulu tenter d’attraper Clayton avec sa main pour le retirer de sa longue et sale chevelure. Je devais agir, et mon compagnon m’en donna l’occasion. Avant que la créature ne l’attrapât, il me hurla comme instruction :

Clayton - Vise la carotide !

La carotide ? Ah oui, je voyais ce qu’il voulait que je fasse. Il m'a fallu deux secondes pour traduire ce mot en ma langue dans ma tête, de plus, la peur n’aidait pas beaucoup. La tête du monstre était à bonne hauteur et sans hésiter une seconde de plus, je me jeter sur lui, arme au poing. Je frappais de toutes mes forces sur sa gorge, voulant lui faire une belle ouverture qui lui serait fatale. Après deux ou trois coups de glaive rapide et puissant, je parvenais à ouvrir la gorge sur le côté, faisant une belle entaille. Le monstre hurla et se redressa en poussant un cri qui fit trembler tout le tunnel si ce n’était tout le réseau du métro. Du sang giclait de sa blessure et voulut la stopper en y posant sa main dessus. Je me mis à frapper plusieurs parties du corps à mesure qu’il se redressait. Il se tenait à présent debout, continuant de hurler de mille souffrances. Je vis Clayton encore accroché aux cheveux. Il risquait fort d’en baver si le monstre s’écroulait sur lui. Je mis à lui crier de sauter, je pourrais l’aider à éviter de se faire mal en le rattrapant.

Armando – Vas y sautes !

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 


Dernière édition par Armando Lombardi le Sam 29 Oct - 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Mer 26 Oct - 20:32






Le métro de l’horreur ! [PV Armando]





[size=14]
Je pends toujours lamentablement dans les cheveux du cyclope, mais au moins, la carotide est au niveau d’Armando. Alors, bon sang, qu’est-ce qu’il faisait là ? Il ne sait pas ce que c’est la carotide ou quoi ? J’allais bientôt lâché et le monstre nous tuerait. Au bout de quelques secondes interminable, il se jeta enfin sur le monstre, son arme au poing. Il frappa.

Le monstre se redresse brusquement alors que du sang gicle partout. Je manque de tomber me rattrapant de justesse alors qu’Armando continue de frapper le monstre. On sent que ce dernier ne va pas tarder à céder et à mourir. Et s’il y a bien une chose que je ne veux pas, c’est de finir écraser sous lui. Mon ami dut suivre le même raisonnement car il  me hurle :

« Vas-y sautes ! »

Je ne fais pas prier et me lâche dans le vide. Mince, j’étais vraiment haut ! Armando cherche à me rattraper mais au lieu de ça on tombe tous les deux sur le sol et je le tire en arrière avant que le monstre ne s’écrase juste devant nous. Une fois qu’il s’est totalement ratatiné sur le sol, il explose littéralement et il n’en reste qu’une sorte de poudre verte qui s’étale sur nos vêtements.

Je me laisse tomber sur le sol, vidé. L’adrénaline semble s’être enfuie et me laisse tout tremblant. Je remarque enfin que mes côtes me font souffrir le martyre est que j’ai failli mourir, tué par un cyclope. Quoi de plus normal ? J’ai envie de vomir mais, au lieu de ça, je me relève :

« Tout va bien, pour toi ? »

Je pense, qu’une fois qu’on a frôlé la mort ensemble, on peut se permettre de se tutoyer. D’ailleurs, en pleine action, on ne s’était pas privé ! Tout essoufflé, je le regarde avec un sourire.


[/sizenouvel ]
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Sam 29 Oct - 12:23



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




Clayton ne tarda pas à le faire. Il lâcha prise et je tentais de le rattraper pour éviter un atterrissage catastrophe. Mais je fus emportée par le poids et nous fûmes à terre. Le monstre hurla de plus belle et il menaça de s’effondrer sur nous. Clayton me tira vers l’arrière juste à temps pour éviter que je me transforme en crêpe. Le monstre tomba au sol en poussant son dernier cri et exposa en une poussière verte qui se rependit par tout y compris sur nous. C’était comme dans mes souvenirs, sauf qu’il me semblait que la couleur était différente. Oh et puis en s’en moque, on venait de battre un cyclope comme des demi-dieux, sauf que nous n’étions que de simples mortels, c’était trop cool. Clayton tomba au sol, prenant une position assise pour pouvoir reprendre son souffle et récupérer un peu son souffle. J’étais également essoufflé par un tel exploit, mais aussi tout excité d’avoir vaincu un aussi gros monstre.

Armando – Whouhou ! Criais-je.


La peur mélangée à l’adrénaline et la joie de notre victoire me rendit un peu fou, mais un fou sympa… Enfin, je crois… J’avais même fermé les poings pour les rabattre vers moi tellement j’étais content. Clayton trouva la force de se relever et me demanda :

Clayton - Tout va bien, pour toi ?


Il me regardait avec un sourire que je le lui rendis, bien heureux de constater que nous étions en vie tous les deux.

Armando – Tout va bien mon pote.


Je me mis à soufflet un bon coup pour reprendre un rythme respiratoire normal et calmer un peu celui du cardiaque, je frottais mon visage avec mes mains et me mis à souffler comme un cheval, prêt à repartir au galop. Par la suite, je rangeais mon arme, sachant qu’elle ne me servirait plus à grand-chose pour le moment. Bon, nous voulions découvrir le secret de l’attaque, le voici. C’était bien un monstre. Mais une question demeurait. Où était passé le demi-dieu partit l’affronter ? Mort peut-être. J’espérais que non.

Armando – Nous voulions percer les secrets de l’attaque, nous voilà donc servis. Cela te dit de continuer encore un peu l’exploration au cas où on n’aurait loupé quelque chose ?


Je lui disais tout cela avec un immense sourire pour l’invité à me suivre. Je désirais savoir vraiment s’il y avait quelque chose d’autre de cacher, quelque chose de tout aussi effrayant et incroyable. Même un truc calme me conviendrait. Si Clayton préférait rentrer, je comprendrais, mais j’aurais voulu qu’il accepte de poursuivre notre investigation.

made by MISS AMAZING.



_____________________________

En avant pour l'aventure :
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 166
Date d'inscription : 23/08/2016
Age : 14
Localisation : Dans mon appart'

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Ven 4 Nov - 13:55

Armando devint réellement fou. Il en aurait limite sauté partout de joie. Je souris à ce spectacle. On aurait dit un gamin devant ses cadeaux de noël. Bien que j’aurais préféré éviter cette escapade, j’étais moi aussi dans un état proche la folie. J’avais envie de sauter partout. On avait vaincu un énorme monstre alors que nous n’étions que de simples mortels. C’était magnifiquement génial ! J’avais envie de recommencer !

« Tout va bien mon pote. »

Tant mieux. Il souffla pour reprendre un rythme normal et rangea son arme. Bon, au moins, l’accident ne faisait plus de doute quant à sa nature. Mais, il restait encore tant de chose à découvrir !

« Nous voulions percer les secrets de l’attaque, nous voilà donc servis. Cela te dit de continuer encore un peu l’exploration au cas où on n’aurait loupé quelque chose ? »

Et comment. Parce qu’une question demeurait, où était ce demi-dieu ? Etait-il mort ? Je n’espérais pas. Ou alors, avait-il pris la fuite ? Quel lâche dans ce cas. Je lui souris en acquiesçant et on repartit s’enfoncer dans le tunnel obscur. Au bout d’une demi-heure de recherches infructueuses, on remonta en contournant les policiers et je dis :

« Et bien, c’était cool ! Faudra qu’on se revoit ! »

J’époussetai mes vêtements et lui serra la main. Avec un sourire je retourne à ma voiture et lui fit un dernier signe avant de rentrer chez moi. Et bien, ce fut une journée intéressante... On avait juste combattu un cyclope, fuit des policiers et fouillé un tunnels de métro hors service. Une journée banale. Cette pensée me fit rie et j’ouvris la porte avant de me laisser tomber sur mon lit avec un bâillement. En moins de cinq minutes, je dormais déjà…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MORTEL

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 234
Date d'inscription : 06/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Pugio
Familier(s):
Objet(s): Sac en bandouillère, carnet de note, mini truelle, pinceaux à brosses, lampe torche, caméra, chevilles, fil à plom, ficelle, brosse, mètre ruban

MessageSujet: Re: Métro de l'horreur Ven 4 Nov - 15:36



Hebergeur d'image

Métro de l'Horreur
Prénom & Prénom
« Citation au choix »




A ma grande joie, Clayton accepta de poursuivre encore un peu l’aventure et nous nous enfoncions encore un peu plus dans le tunnel. On y notait quelques dégâts sur les rails et les parois sans doute à cause du cyclope, mais rien d’autre. Le demi-dieu avait tout simplement disparu sans laisser de trace. Sans doute dévorer par ce géant anthropophage, mais si c’était le cas, nous aurions trouvé des traces de sang là où le train se serait fait attaquer. Non, ce héros s’était volatiliser. Bien dommage, j’aurais aimé le retrouver, vivant de préférence pour savoir de quel parent divin il était issu et quelles étaient ses capacités etc. Finalement, à part le monstre et le train en morceaux, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant. Nous n’avions plus qu’à rebrousser chemin et partir ce lieu sombre.

Nous faisions attention à ne pas croiser les flics de tout à l’heure, ainsi que ceux qui attendaient à l’extérieur. Nous devions nous montrer des plus prudent et des plus discret jusqu’à ce que nous arrivions à nos véhicules. Une fois à l’extérieur et hors de vue des policiers et des curieux, nous nous éloignons d’un pas assurer, bien heureux de cette aventure. Clayton fit tomber un peu de poussières de ses vêtements avant de déclarer :

Clayton - Et bien, c’était cool ! Faudra qu’on se revoit !
Armando – Et comment. On se réserve la prochaine attaque de monstre ok ?

Je lui fis un clin d’œil complice et nous nous serions la main pour nous dire au revoir. Je lui demandais à ce que l’on restait en contact et que s’il y avait besoin, je serais ravis de lui prêter un coup de main et vice versa. Et qu’en plus, étant lui aussi en train d’enquêter sur le monde mythologique qui nous entoure, je me ferais un plaisir de partager mon travail s’il le désirait. Par la suite, nous nous séparions. Une fois arriver dans mon appartement, je me mis de suite à noter sur mon carnet la journée. J’y décrivais en détail la raison de ma présence dans le métro et une description des plus détaillé du cyclope. Tous ceux que j’avais observé se retrouva rapidement noter sur papier. Ce fut une journée remplis d’émotion, de découverte et de bonne amitié, je n’en gardais que de très bons souvenirs.

made by MISS AMAZING.

_____________________________

En avant pour l'aventure :
 
Revenir en haut Aller en bas

Métro de l'horreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» L'horreur de la guerre dans la perfidie d'une attaque surprise.
» Horreur [P]
» Le 09 juin... Néron, Louis XIV, Donald et l'horreur absolue
» Horreur Boréale... [Irving, Nora & Crispin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Filiorum ex Deorum :: 
RPG ~ Le monde des Mortels
 :: New York
-