Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon
Filiorum ex Deorum
Bonjour est bienvenue sur Filiorum ex Deorum ! Inspiré des romans de Rick Riordan, ainsi que des films, le forum reprend la saga Percy Jackson. Viens vite nous rejoindre, qu'est ce que tu attends ? ♥️



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Filiorum ex Deorum Invité !
Les nouveautés du mois de juillet sont par ici ! ♥
Venez participer au concours d'avatars de l'été, juste ici ! ♥
Les groupes à privilégier sont: les Chasseresses, les Créatures et les Mortels ! ♥

Partagez| .

Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

CHASSERESSE ARTEMIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 223
Date d'inscription : 04/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Un arc, 10 flèches et une dague pour le combat rapproché
Familier(s): Un Chien Lélaps qui la suit depuis longtemps et répond au fabuleux nom de Lélaps (en plein temps de guerre, on avait pas le temps pour l'imagination)
Objet(s):

MessageSujet: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Mar 6 Sep - 15:26

Your blood runs in my vains

feat. Elizabeth & Apollon



J'avais fait une promesse à Artémis et j'étais quelqu'un de parole. Quelques semaines après notre chasse à la manticore et notre conversation à propos de mon père, elle arrangea donc un rendez-vous et je lui promis de m'y rendre.

Le matin-même, je saluais les autres Chasseresses et leur promis de les retrouver très vite. Même si elles bougeaient, je ne tarderais pas à retrouver leur trace grâce à mon don et mon fidèle chien Lélaps (que j'avais très judicieusement appelé Lélaps quand je l'avais trouvé). L'arc et le carquois sur l'épaule, ma dague à la ceinture, je me mis en route.

Artémis m'avait dit de me rendre à la clairière près de la frontière de la Colonie. J'avais bien deux bonnes heures de marche et je ne perdis donc pas un instant. Heureusement, j'étais habituée à marcher en forêt depuis près de 70 ans et je n'avais pas besoin de me concentrer pour éviter les racines et autres branches. De quoi me laisser le temps de réfléchir à ma prochaine rencontre avec mon père, Apollon.

Autant dire que la première fois, ça n'avait pas été au top. J'avais été blessée au front et il était venu me voir sur mon lit d'hôpital pour m'apprendre que, surprise !, il était mon père, j'étais une demi-déesse et qu'il serait bien que je l'assume. Direction ensuite la Colonie des sang-mêlés et la fin d'une vie normale. J'avais tout de même gagné une place parmi les Chasseresses grâce à cela... Mais depuis, plus de nouvelles de mon paternel et j'étais plutôt rancunière.

Enfin, les efforts de la Déesse de la Chasse, ma protectrice et accessoirement ma tante, avaient porté leurs fruits et notre deuxième entrevue père-fille s'annonçait imminente. De quoi me faire appréhender le moment venu.

Je secouais la tête et me forçais à penser à autre chose. Bien vite, j'arrivais dans la clairière et allais m'asseoir sur un tronc à l'orée des bois. Je déposais mon carquois et mes flèches et attendis.

Au bout de quelques minutes, toujours personne en vue. Je grommelais :

"C'est bien la peine que je fasse des efforts si je suis la seule à y être disposée."

J'entendis alors un mouvement dans les buissons de l'autre côté.


made by guerlain for bazzart

_____________________________




C’était ces histoires qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre + Mais je crois, que je comprends. Les personnages de ces histoires avaient 36 occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas parce qu’ils avaient foi en quelque chose... Il y a du bon en ce monde. Il faut se battre pour cela.



Plus de Beth:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Mar 6 Sep - 16:31

J'appréhende cette entrevue. J'appréhende de la revoir. ma petite fille, mon Elizabeth, que ma grande soeur gardait pour sa protection. Bien entendu, je n'avais pas dit à ma soeur pourquoi j'étais content que ma fille soit devenue une chasseresse. J'étais heureux car ma soeur prenait soin d'elle, chose que je ne pouvais pas faire. J'avais enfreint une loi de mon père, j'avais sauvé mon enfant sur le point de mourir. Jamais je n'aurais du intervenir, mais je ne pouvais pas m'y résoudre. J'avais perdu trop d'enfants, et je n'arrivais toujours pas à m'en remettre. Il était donc hors de question que je perde aussi Beth. Beth, comme elle aimait être appelée. J'avais reçu un message de ma soeur. Nous n'utilisions pas beaucoup le courrier via Hermès, ce voleur de frère était capable de lire nos messages, j'en suis certain, non, Artémis et moi étions assez proche pour correspondre à notre manière. C'est comme ça qu'elle m'avait appris que Beth était d'accord pour me revoir. Enfin, depuis tout ce temps. J'étais heureux, mais anxieux, oui moi, le puissant dieu, le dieu vengeur, le dieu de la jeunesse éternelle, le dieu solaire... J'étais anxieux de revoir ma petite fille. Est-ce qu'elle m'écoutera quand je lui dirais pourquoi je ne me suis plus manifesté auprès d'elle depuis tout ce temps? Je suis arrivé en avance, mais j'avais tellement d'appréhension que je ne pouvais pas me montrer tout de suite. Je la vois arriver. Je souris, elle n'était pas ma fille pour rien, de quoi rivaliser avec Aphrodite elle même. J'attends, ne voulant pas me montrer tout de suite. Puis elle parle. Je baisse la tête et j'apparais enfin, depuis le buisson où je me trouvais. Je m'approche d'elle doucement.

-Beth... Je suis content de te voir, tu as l'air en forme. Tu as tout ce qu'il te faut avec ma soeur?

Mais pourquoi tourner autour du pot Poly, voyons, c'est ta fille, tu as gardé un oeil sur elle pendant tout ce temps, tu sais qu'elle ne manque de rien. Je secoue ma tête, je m'engueulais moi même, un peu comme l'aurait fait ma jumelle.

-Artémis est bonne avec toi...

Ce n'était pas une question, je savais que ma soeur prenait soin de ses chasseresses et particulièrement celles qui se trouvaient être mes filles. Après tout, Artémis était comme une seconde mère pour moi, elle m'avait aidé à naitre, et sans elle, je ne sais pas trop ce qu'il se serait passé pour notre mère et moi.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CHASSERESSE ARTEMIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 223
Date d'inscription : 04/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Un arc, 10 flèches et une dague pour le combat rapproché
Familier(s): Un Chien Lélaps qui la suit depuis longtemps et répond au fabuleux nom de Lélaps (en plein temps de guerre, on avait pas le temps pour l'imagination)
Objet(s):

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Jeu 8 Sep - 12:52

Your blood runs in my vains

feat. Elizabeth & Apollon



J'entendis alors un mouvement dans les buissons de l'autre côté. Une silhouette se dessine à l'orée de la clairière. Je le reconnais aussitôt : Apollon. Mon père n'a pas vraiment changé depuis 70 ans. Moi non plus, remarque. En tout cas, pas physiquement.

"Beth... Je suis content de te voir, tu as l'air en forme. Tu as tout ce qu'il te faut avec ma soeur?"

Il s'approcha de moi. Je ne répondis pas, ne sachant que dire. Je savais qu'il était au courant de la façon dont sa soeur traitait ses Chasseresses. Il était venu à de multiples reprises au campement et je m'étais toujours débrouillée pour lui échapper à chacune de ces entrevues. Mais pas cette fois, j'avais fait une promesse et je restais campée sur mon tronc d'arbre, les yeux rivés au loin pour éviter le regard de mon paternel.

"Artémis est bonne avec toi..."

Je hochais la tête. C'était loin d'être une vraie réponse mais au moins, je faisais un effort et je ne partais pas. Pas que l'envie m'en manquait d'ailleurs... Mais je savais qu'Artémis serait déçue si je le faisais. Je n'avais jamais vraiment compris pourquoi elle l'aimait autant d'ailleurs, elle qui s'en plaignait si souvent. Mais ce n'était pas à moi de juger.

Je pris une grande inspiration et levais les yeux vers lui. Pas si solaire que ça sous cette forme le Dieu du soleil... Je devais tout de même avouer que je voyais ce que ma mère avait pu lui trouver. Il était vraiment beau. Mais d'une beauté qui m'agaçait plus qu'autre chose, trop parfaite.

"Tu es seulement venu me dire ça ?"

Mon ton était sec, tranchant. Je ne voulais pas faire semblant et j'étais sûre qu'il savait ce que je pensais de lui. Pas la peine de jouer la comédie, de toutes façons, je n'y serais jamais arrivée. Et puis, il n'avait qu'à dire des choses moins idiotes... Ne manquerait plus qu'il se mette à chanter, tiens.


made by guerlain for bazzart

_____________________________




C’était ces histoires qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre + Mais je crois, que je comprends. Les personnages de ces histoires avaient 36 occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas parce qu’ils avaient foi en quelque chose... Il y a du bon en ce monde. Il faut se battre pour cela.



Plus de Beth:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Lun 12 Sep - 14:38

Je regarde ma fille et je me demande pourquoi je n'arrive pas à lui dire ce que je ressens, pourquoi ai je aussi peur de la décevoir? Je ne sais pas trop comment faire pour qu'elle me pardonne d'avoir disparut de sa vie ainsi. Je la regarde, me mordillant la lèvre inférieure. Je savais qu'elle m'en voulait énormément. Je soupire, je ne savais vraiment pas quoi lui dire. Je viens lui prendre la main doucement.

-Elizabeth, je sais que tu m'en veux d'être parti, de t'avoir laissée, mais... Mais je n'avais pas le choix Elizabeth, crois moi...

Je la regarde dans les yeux. Je l'aimais ma fille, je n'avais pas toujours cette apparence, j'avais pris l'apparence de garçons qui venaient lui donner de l'aide. Je lui sers doucement la main. Je pousse un profond soupire.

-Beth, quand mon père a vu que je t'avais soigné, il m'a fait enfermé juste après... Je ne pouvais pas venir te récupérer, crois moi, j'aurai voulu t'élever, mais je suis content que ce soit ma jumelle qui ait prit soin de toi.

Je lâche sa main et je me mets assis sur un tronc d'arbre. Ma fille était magnifique, elle était indépendante. J'étais si fier d'elle. Si je pouvais, je rattraperai tout le temps perdu avec elle, je l’amènerai en ville, nous ferions les boutiques elle et moi, je lui achèterais tout ce qu'elle voudrait plus une jolie robe de princesse, pour quand j'organiserais des soirées du personnel. Je fouille dans mon porte feuilles et je sors des photos que Artémis m'avait envoyé de ma fille.

-J'ai suivi ta vie Beth, j'ai veillé sur toi comme je le pouvais, depuis ta naissance, j'aurais aimé pouvoir t'élever, mais y'a des lois, et ces lois me l'ont interdit...

Je regarde ma jolie petite fille, je tends ma main vers ses cheveux, quand je suis allé la soigner, c'était la première chose que j'ai touché. Comme quand elle était née, c'était moi le médecin qui l'a mise au mode, ma petite princesse. Je pousse un profond soupire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CHASSERESSE ARTEMIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 223
Date d'inscription : 04/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Un arc, 10 flèches et une dague pour le combat rapproché
Familier(s): Un Chien Lélaps qui la suit depuis longtemps et répond au fabuleux nom de Lélaps (en plein temps de guerre, on avait pas le temps pour l'imagination)
Objet(s):

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Mar 13 Sep - 18:31

Your blood runs in my vains

feat. Elizabeth & Apollon



Il s'approche encore un peu de moi et prend ma main. Je me laisse faire à contre-coeur. Je me connais : j'ai beau être butée, j'avais aussi un coeur tendre et je ne voulais pas que ce soit si facile. Il ne suffisait pas de quelques mots pour effacer près de 90 ans de vie avec un autre père et un géniteur absent.

"Elizabeth, je sais que tu m'en veux d'être parti, de t'avoir laissée, mais... Mais je n'avais pas le choix Elizabeth, crois moi..."

Ils disaient tous ça. Je le savais. J'avais eu le temps de le remarquer. Est-ce que c'était la vérité ? Je n'aurais jamais su le dire... et je ne saurais sûrement jamais. Il planta son regard dans le mien avant de soupirer et de s'expliquer. Enfin. Après 70 ans, il était plutôt temps, en fait.

"Beth, quand mon père a vu que je t'avais soignée, il m'a fait enfermé juste après... Je ne pouvais pas venir te récupérer, crois moi, j'aurai voulu t'élever, mais je suis content que ce soit ma jumelle qui ait prit soin de toi."

Il s'assied à côté de moi. Je ne bronche pas, mon cerveau bouillant de répliques toutes plus cinglantes les unes que les autres. Artemis ne m'avait pas élevée. J'avais déjà 20 ans quand je l'avais rejoint. Mais j'avais eu de merveilleux parents... Et qu'il les ignore comme ça. Mais j'avais promis de bien me tenir.

Il sortit quelques photos et me les montra. Je me reconnus sur les anciennes photographies des années 20, quand j'étais toute petite, quand j'étais bien, insouciante. J'en reconnus une autre, datant de mon engagement dans l'armée lors de la Seconde Guerre mondiale. Une autre, plus récente, avec d'autres Chasseresses. Je ne bougeais pas, fixant les tirages.

"J'ai suivi ta vie Beth, j'ai veillé sur toi comme je le pouvais, depuis ta naissance, j'aurais aimé pouvoir t'élever, mais y'a des lois, et ces lois me l'ont interdit..."

Il caressa mes cheveux avec un soupir. Je me dégageais et plantais mon regard dans le sien, oubliant les photos.

"Artemis a peut-être été là quand j'en avais besoin, mais ce n'est ni elle ni toi qui m'a élevée. J'ai eu une mère. Et un père. Un père fantastique en fait..."

Je m'arrêtais. J'avais véritablement promis de faire un effort et je redevenais moi-même, n'hésitant pas à dire le fond de ma pensée, quitte à le blesser. Enfin, si l'on pouvait blesser un Dieu bien entendu...

Et j'avais aussi repoussée Artemis dans mes paroles et je m'en voulais pour ça. Elle avait réellement été bonne pour moi, m'accueillant, terminant ma formation, me donnant un but. Mais je n'avais jamais oublié ma famille, jamais. Mes parents, mes frères. Cette époque me manquait, ils me manquaient et la société d'alors, en Angleterre, me manquait. Parfois, je regrettais d'avoir choisi l'immortalité et la Chasse même si c'était là qu'était ma vraie place.


made by guerlain for bazzart

_____________________________




C’était ces histoires qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre + Mais je crois, que je comprends. Les personnages de ces histoires avaient 36 occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas parce qu’ils avaient foi en quelque chose... Il y a du bon en ce monde. Il faut se battre pour cela.



Plus de Beth:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Jeu 29 Sep - 9:38

Je regarde ma fille qui me parle de sa mère, et de son père, celui qui l'a élevée. Oui, je sais, je n'ai pas été présent, mais je me souviens de sa mère, une femme magnifique, et si son père avait été aussi merveilleux... Ce n'était pas pour rien. Je regarde ma fille et je lui fais un petit sourire. Elle était immortelle désormais, je ne sais pas trop quoi faire pour remonter dans son estime. Je l'aimais ma petite Beth, depuis qu'elle était née, comme tous ses frères et soeurs, passés et présents. Je lui prends la main doucement et la mène à ma bouche en souriant.

-Je ne renie pas ta mère, ni l'homme qui t'a élevée. Mais j'aimerai vraiment que tu me donnes le bénéfice du doute, je ne te demande rien de plus, j'aimerai tellement que tu acceptes le fait que je suis ton géniteur et que je t'aime...

Puis je me souviens de ce que j'ai amené à Beth. Je fouille dans mon sac et je sors un pendentif. d'une petite bourse et je la regarde, le lui tendant.

-J'ai demandé à Will, le fils d'Héphaïstos, de te faire ceci... Certains ont des stylos qui se transforment en glaives... Ce médaillon t'offrira dix flèches supplémentaires, j'ai vu que tu te débrouillais très bien à l'arc... J'espère que ce médaillon te sauvera la vie un jour.

J'aimais savoir mes enfants en sécurité, mais ce n'était pas toujours le cas, le cas de certains de mes enfants, me revenaient en mémoire. Je soupire un peu.

-Quand on a tué des mes jumeaux... Je les ai vengés, je ferai pareil pour chacun de mes enfants. Celui qui t'avait...

Je n'ose pas imaginer que j'ai faillit la perdre elle aussi. Je la regarde dans les yeux.

-je t'ai vengée Elizabeth... Je n'ai pas supporté l'idée de te perdre, et crois moi, je ferai tout pour te protéger, quoi qu'il m'en coute.

Je la regarde dans les yeux et je viens embrasser sa joue tendrement. Ma petite fille avait grandit trop vite
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CHASSERESSE ARTEMIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 223
Date d'inscription : 04/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Un arc, 10 flèches et une dague pour le combat rapproché
Familier(s): Un Chien Lélaps qui la suit depuis longtemps et répond au fabuleux nom de Lélaps (en plein temps de guerre, on avait pas le temps pour l'imagination)
Objet(s):

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Jeu 29 Sep - 17:19

Your blood runs in my vains

feat. Elizabeth & Apollon



Bizarrement, Apollon ne semble pas prendre mal mes propos ce qui me prend par surprise. Je me laisse donc faire quand il me prend la main délicatement, répondant :

"Je ne renie pas ta mère, ni l'homme qui t'a élevée. Mais j'aimerai vraiment que tu me donnes le bénéfice du doute, je ne te demande rien de plus, j'aimerai tellement que tu acceptes le fait que je suis ton géniteur et que je t'aime..."

En entendant dire qu'ils ne reniaient aucun de mes parents, j'eus envie de lâcher un "encore heureux" mais je m'arrêtais à tant, le laissant finir. Bien sûr j'acceptais le fait qu'il soit mon géniteur. Pas mon père, c'est tout. Pour moi, mon père, c'est celui qui m'avait élevée, celui qui avait tenté de m'empêcher d'aller à la guerre... Pas un Dieu, un homme normal mais bienveillant et qui était mon héros à bien des égards, bien plus que celui qui se tenait devant moi.

Je préférais donc ne pas répondre et me contentais de pousser un petit grognement qui, soyons réaliste, ne voulais rien dire et montrais juste que j'étais une tête de mule.

"J'ai demandé à Will, le fils d'Héphaïstos, de te faire ceci... Certains ont des stylos qui se transforment en glaives... Ce médaillon t'offrira dix flèches supplémentaires, j'ai vu que tu te débrouillais très bien à l'arc... J'espère que ce médaillon te sauvera la vie un jour."

J'hésitais à prendre le pendentif qu'il vient de sortir. Mais après tout, c'était Will qui l'avait fait, je pouvais donc avoir confiance. Vu comme il avait su réparer mon arc, j'étais sûre que ces flèches seraient parfaites... Je tendis donc la main et pris le cadeau du Dieu solaire avec un petit sourire contrit et je murmurais un "Merci" de circonstance.

"Quand on a tué mes jumeaux... Je les ai vengés, je ferai pareil pour chacun de mes enfants. Celui qui t'avait... je t'ai vengée Elizabeth... Je n'ai pas supporté l'idée de te perdre, et crois moi, je ferai tout pour te protéger, quoi qu'il m'en coute."

Il vient déposer un baiser sur ma joue alors que mes souvenirs me reviennent. Les bombes sur le front Est, avec l'URSS alors que nous avançons sur les troupes allemandes. Les corps tués par l'ennemi, la maladie... Les raids aériens sur l'Angleterre et au-dessus de nous, sur le front. Beaucoup ont pensé que je m'engageais comme infirmière mais j'ai fait plus, j'ai combattu. Il y avait besoin de bras... Et j'étais déjà sur le front. Et puis un autre raid, trop proche. Les bombes autour de moi. J'entends encore leur bruit, les feux des explosions dansent encore devant mes yeux. J'ai failli perdre mes jambes, paraît-il. Mais miraculeusement, je n'avais rien. A peine quelques os fêlés.

Je secoue la tête. Je veux mettre ces souvenirs derrière moi. La Guerre, c'est ce que l'homme a fait de pire et les deux Guerres mondiales ont été pires que tout. Mais personne ne m'avait visée.

"Me venger ? Il aurait fallu tuer la planète entière... C'était une guerre mondiale, il y a eu des milliers de victimes... Ca n'a rien à voir avec moi."

Je respirais un grand coup. Je devais faire un effort, je devais m'y forcer. Je continuais donc :

"Mais merci. Même si je ne vais pas dire que je t'ai toujours aimé ou que je t'aime, merci. Je ne dis pas non plus que tu es le pire mais..."

Mais tout le monde savait que les Dieux n'en avaient pas grand chose à faire de leurs enfants. Les demi-dieux mourraient pour la plupart jeunes et ce depuis la nuit des temps... C'était peut-être pour ça que les Dieux n'y faisaient plus trop attention. C'était comme s'attacher à un papillon. En un battement d'aile, il disparaissait, ne restait que la souffrance et le manque.

N'empêche que je ne pouvais pas vraiment lui dire tout cela. Ne serait-ce que par j'étais une bonne petite anglaise bien polie.


made by guerlain for bazzart

_____________________________




C’était ces histoires qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre + Mais je crois, que je comprends. Les personnages de ces histoires avaient 36 occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas parce qu’ils avaient foi en quelque chose... Il y a du bon en ce monde. Il faut se battre pour cela.



Plus de Beth:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Lun 24 Oct - 9:11

Oui d'accord, ma fille était en colère contre moi. Mais était ce réellement contre moi ou contre tous les dieux hormis ma jumelle? Il y avait de quoi se poser la question avec ses propos. Je pousse un soupire. Elizabeth, ma fille butée. Elle faisait des efforts monstrueux pour ne pas se mettre en colère à mes gestes, à mes paroles. Je le voyais que trop bien. Je souris légèrement à ma petite fille. Je fouille dans ma poche et en sort une enveloppe fermée et cachetée par une certaine magie, c'était notre truc à Artémis et à moi.

-Tu donneras ceci à ta tante Beth, il n'y a aucun piège. Et Quand tu me dis que je ne suis pas le pire... Je ne le sais que trop bien. Je suis peut-être un des meilleurs avec mon oncle Poséidon. Et ton grand père lui... Je sais très bien ce que c'est que de n'être qu'un bâtard aux yeux des autres, mais j'ai su m'élever, j'ai prouvé de quoi j'étais capable, et je suis devenu le dieu le plus complexe de l'Olympe. Tel que tu me vois Beth, c'est l'apparence avec laquelle je t'apparais en temps que père... Mais tu m'as déjà rencontré sous des formes plus jeunes...

Je n'avais rien à cacher à ma fille, peu m'importait si mon père me punissait de nouveau, au moins, ma fille saurait, elle saurait tout ce que j'avais fait pour elle, même si ce n'était que des petites choses. Je commence donc mon récit, lui parlant de ce jeune homme blond qui l'avait défendue quand elle était toute petite, d'un autre blond qui l'avait aidée sur le champ de bataille à sauver des soldats... Et dernièrement aussi, lors de la grande bataille, cet autre blond qui lui avait donné un carquois plein de flèches. Ce n'était jamais grand chose, mais j'avais été là pour elle depuis sa plus tendre enfance. Je lève les yeux vers le ciel et je pousse un profond soupire.

-tu devrais rentrer Beth, mon père n'a peut-être pas apprécié tout ce que je viens de te dire... Si tu n'as pas de nouvelles de moi... Et bien, je verrais avec ma soeur... Rentre bien, et fais attention en chemin surtout
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CHASSERESSE ARTEMIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 223
Date d'inscription : 04/06/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): Un arc, 10 flèches et une dague pour le combat rapproché
Familier(s): Un Chien Lélaps qui la suit depuis longtemps et répond au fabuleux nom de Lélaps (en plein temps de guerre, on avait pas le temps pour l'imagination)
Objet(s):

MessageSujet: Re: Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon Jeu 27 Oct - 22:44

Your blood runs in my vains

feat. Elizabeth & Apollon



Il me tendit une enveloppe que j'empochais, par pure politesse.

"Tu donneras ceci à ta tante Beth, il n'y a aucun piège. Et Quand tu me dis que je ne suis pas le pire... Je ne le sais que trop bien. Je suis peut-être un des meilleurs avec mon oncle Poséidon. Et ton grand père lui... Je sais très bien ce que c'est que de n'être qu'un bâtard aux yeux des autres, mais j'ai su m'élever, j'ai prouvé de quoi j'étais capable, et je suis devenu le dieu le plus complexe de l'Olympe. Tel que tu me vois Beth, c'est l'apparence avec laquelle je t'apparais en temps que père... Mais tu m'as déjà rencontré sous des formes plus jeunes..."

Il se lança alors dans un récit que je décidais de ne pas interrompre. J'avais promis de l'écouter, le laisser se justifier et c'est ce que je faisais. Mais très franchement, savoir qu'il m'avait toujours suivi ne me rassurait pas totalement. J'aurais préféré qu'il continue de faire comme ça plutôt que de m'envoyer à la Colonie dans ce cas. Pourquoi avoir tenu à bouleverser ma vie ?

Mais j'étais bien trop fière pour poser toutes ces questions et je ne dis donc rien. Je le laissais continuer, les yeux baissés, fixant l'herbe et mes pieds. Pas très sympa, je sais, mais on ne se refait pas. Ce n'est pas à lui que j'allais l'apprendre. Depuis le temps qu'il existait...

Enfin, il termina son histoire. Je ne pipais mot. Il le vit et soupira avant de dire :

"Tu devrais rentrer Beth, mon père n'a peut-être pas apprécié tout ce que je viens de te dire... Si tu n'as pas de nouvelles de moi... Et bien, je verrais avec ma soeur... Rentre bien, et fais attention en chemin surtout"

Je ne bougeais pas de mon tronc. Je ne savais pas quoi penser. J'avais toujours vu mon géniteur comme une nuisance plus qu'autre chose. Maintenant, j'en venais presque à ne plus lui en vouloir du tout (l'aimer serait un bien grand mot). Je levais les yeux vers lui.

"Très bien. Je... Merci."

Je me levais, attrapais mon carquois et mon arc et m'en allais sans même regarder derrière moi. J'avais trop à penser. Tout cela était bien étrange, il fallait que je réfléchisse et pour cela, rien de mieux qu'une longue marche dans les bois.


made by guerlain for bazzart


Spoiler:
 

_____________________________




C’était ces histoires qui signifiaient tellement même lorsqu’on était trop petit pour comprendre + Mais je crois, que je comprends. Les personnages de ces histoires avaient 36 occasions de se retourner, mais ils ne le faisaient pas parce qu’ils avaient foi en quelque chose... Il y a du bon en ce monde. Il faut se battre pour cela.



Plus de Beth:
 
Revenir en haut Aller en bas

Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Your blood runs in my vains ♦ Elizabeth & Apollon
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Filiorum ex Deorum :: 
Hors-RPG ~ Partie détente
 :: Les corbeilles. :: Archives des RP.
-