Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :(
Filiorum ex Deorum
Bonjour et bienvenue sur Filiorum ex Deorum ! Inspiré des romans de Rick Riordan, ainsi que des films, le forum reprend la saga Percy Jackson. Viens vite nous rejoindre, qu'est ce que tu attends ? ♥️



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Filiorum ex Deorum Invité !
La Résistance est fermée!
Les nouveautés du mois d'octobre sont par ici ! ♥
Venez participer au concours d'avatars d'halloween, juste ici ! ♥
Les groupes à privilégier sont: les Chasseresses, les Créatures et les Mortels ! ♥
Les events d'Halloween sont ici et ! ♥

Partagez| .

Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :(

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Mar 14 Fév - 16:16


 Quel jour étions nous ? Quelle heure, quel endroit ? Combien de temps s'était écoulé depuis l'attaque de la Colonie, depuis sa capture ? La Colonie. Au fond de sa cellule miteuse, humide et à l'odeur putride, le coeur de Morigan se serra. Ne pas savoir le gênait beaucoup trop. Il savait qu'ils avaient été plusieurs à avoir été faits prisonniers, mais c'était tout. Il savait que les Résistants prenaient un malin plaisir à les torturer, aussi. Le fils de Léthé n'y avait pas échappé. Il avait mal aux côtes, à la tête, il avait faim, soif, il était fatigué. C'était drôle, l'Irlandais était persuadé qu'il vivrait cette expérience quand il était encore au combat, mais jamais dans sa nouvelle vie de demi-dieu. Morigan laissa échapper un ricanement qui résonna entre les cris d'un sang-mêlé qui semblait passer un mauvais quart d'heure. Avec un peu de chance, le malheureux perdrait connaissance et un autre prendrait sa place. En espérant que ça ne serait pas lui.
  Malheureusement son espoir se brisa vite. Les cris ne cessèrent pas, mais bientôt une Résistante ouvrit la porte de sa prison. Non, pas une Résistante, LA Résistante, l'aveugle, la fille de Zeus pour qui il avait eu de la pitié au début de leur rencontre, mais peu de scrupule au fur et à mesure de leur affrontement. Morigan se leva, grimaçant et se tenant les côtes.

"Je me demandais quand tu viendrais me voir, lui lança-t-il avec une pointe de sarcasme."

  Il sourit avec ironie, sans se soucier qu'elle ne verrait rien de cela.



_____________________________






Spoiler:
 


Dernière édition par Morigan O'Lear le Lun 2 Oct - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Dim 19 Fév - 13:36


Blood and death


Les résistants avaient attaqué la colonie il y a deux semaines tout au plus. Pandore était rentrée blessée à la jambe, par un crétin de gamin qui lui avait tiré dessus. Comme les Apollon ne couraient pas les rues à la résistance, allez savoir pourquoi, et qu'elle n'était pas dans les blessures les plus graves, pour l'instant elle faisait comme elle pouvait, et se faisait soigner "normalement". La jeune femme boitillait donc toujours un peu. Depuis qu'ils étaient revenus, Pandore faisait son boulot : interroger les gens gentiment, puis méchamment. Puisqu'elle était assignée à la torture, en général elle passait sa journée à entendre des cris auxquels elle était devenue insensible. Elle n'était toujours pas allée le voir. Je veux dire son prisonnier, celui qu'elle avait capturé lors du combat. Pandore avait plus tué que capturé, mais allez savoir, celui-là avait eu de la chance. Il lui avait donné une sorte de cadeau, elle ne savait même pas s'il l'avait fait volontairement, mais il lui avait offert une vision. Elle lui avait donné un peu le tournis, mais au moins il y avait des formes et des couleurs et c'était plus qu'elle n'en avait jamais rêvé. Et maintenant elle voulait apprendre. Laquelle de ces couleurs était le rouge ? Laquelle le noir...

La résistante descendit les escaliers lentement, Fahrenheit à ses côtés. Les cachots de la résistance étaient pour la plupart hermétique aux pouvoirs des demi-dieux, grâce à Leslie, une des leurs qui étaient malheureusement restée prisonnière chez les alliés. La fille d'Hécate avait pourtant laissé des fioles avec une sorte de potion coupant les pouvoirs pour une période déterminée, pour les derniers cachots, dans lesquels on avait du mettre les demi-dieux mineurs. Le garçon était l'un d'eux et Pandore avait donc pris une de ses fioles, qu'elle avait glissé dans une poche intérieure fermée de son blouson : elle avait besoin de ses pouvoirs pour le moment. Elle n'eut pas besoin de demander où il était, de toute façon elle ne connaissait pas son nom, elle l'avait elle-même balancé dans cette prison. Une fois devant la porte, Pandore sourit sarcastiquement, l'ouvrit et entra, laissant son chien dehors avec les clefs. Elle claqua la porte du cachot derrière elle. Il sentait le moisi, et le sang sec, mais elle ne broncha pas. Elle écouta et sentit que quelque chose bougeait dans un coin, ses pieds grattèrent le sol lorsqu'ils se leva et l'aveugle se tourna vers lui.

" - Je me demandais quand tu viendrais me voir."

Pandore eut un sourire méprisant. Elle analysa la voix et la compara à celle qu'elle avait déjà entendu pendant le combat. Il était clairement affaibli, rien d'anormal. Combien de fois avait il été torturé ? Et par qui ?

" - Je savais que je te manquerai. Alors me voilà. répondit elle en s'approchant de la voix.Je suis ici pour te proposer un pacte."

Elle voulait encore des visions, et il allait lui en donner, que ce soit par la force ou non. Pour l'instant, elle tentait la manière diplomatique. Elle n'était pas obligée de le faire, elle pouvait directement le forcer, mais en fin de compte, elle voulait qui lui apprenne, elle était obligé de tisser quelque chose partant sur le positif.  
© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Mer 29 Mar - 22:16



" - Je savais que je te manquerai. Alors me voilà. répondit elle en s'approchant de la voix.Je suis ici pour te proposer un pacte."

Lui manquer ? Certainement pas ! Bien au contraire d'ailleurs ... Nan, plutôt ce qui lui manquait, c'était les bons repars et les bons lits, pas une fille de Zeus à l'allure plutôt sympathique qui ne se priait pas pour

La fille se rapprocha de lui, comme à tâtons. Morigan ne recula pas. Il se tient aussi droit que ses douleurs le lui permettait. Il laissa apparaître une grimace lorsqu'une énième blessure le fit souffrir. Pouvait-il espérer parlementer et ne pas à avoir à subit une quelconque maltraitance ? Ou voulait-elle parlementer avec ses pouvoirs ? Enfin, la chose n'était pas du tout égale. La plupart des prisonniers avaient été démunis de leurs dons. Comment ? Telle était la question. Au moins, lui - par on ne sait quel miracle - avait échappé à cela.
Ainsi donc, elle devait lui proposer quelque chose.

Le fils de Léthé jugea la jeune femme aux yeux vides, haussant un sourcils.

"Un pacte ? Très bien, je t'écoute. Par contre, si c'est pour me proposer de tout vous dire sur la Colonie, ce n'est même pas la peine."

Il croisa les bras, tout ouï à ses prochaines paroles.


_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Mer 5 Avr - 16:59


Blood and death


Pandore s'arrêta quand elle se sentit assez proche de lui, à environ un mètre, l'équivalent pour elle d'un pas, peut être deux, ne lui laissant aucun espace vital décent. Elle avait un sourire qui en disait long sur ses possibles intentions sadiques et violentes à l'égard de son prisonnier. Après sa question, elle avait laissé le vide s'installer, pour lui laisser, disons, trente secondes ? pour répondre à sa question. S'il ne se décidait pas rapidement, ce serait elle qui déciderait pour lui, et ce ne serait pas plaisant à regarder (pratique pour elle n'est ce pas ?). Finalement il lui en fallut peu pour répondre, sentant probablement qu'il avait intérêt à être coopératif s'il ne voulait pas perdre un membre ou tout simplement la vie.

"Un pacte ? Très bien, je t'écoute. Par contre, si c'est pour me proposer de tout vous dire sur la Colonie, ce n'est même pas la peine."

Pandore avait de quoi marchander, lui non. Alors il ne pouvait poser aucune condition, mais cette pensée qu'elle puisse l'interroger sur la colonie la fit doucement rire. En réalité, si cela avait été pour cela qu'elle venait, elle n'aurait pas pris la peine de proposer un pacte, mais l'aurait directement emmené dans la salle de torture, comme elle l'avait fait durant toute la matinée. Et puis les tortures fonctionnaient, pour la plupart... Après on était jamais sur des informations données mais on pouvait supposer qu'une grande majorité l'était, la peur de la souffrance continue les faisant capituler. Une bonne partie des prisonniers de la colonie étaient brisés. On aurait dit des pauvres âmes en peine, recroquevillées sur leurs blessures. D'autres étaient plus courageux ou résistants, mais tous devant leurs bourreaux essayaient de garder un semblant d'allure, alors qu'ils savaient pertinemment qu'ils ne pouvaient rien faire. La jeune femme combla l'espace qui se trouvait entre eux deux en s'approchant et posa un doigt sur son torse puis tout le long de son cou pour finir sou son menton.

" - Voyons voyons. Un peu de sérieux entre gens civilisés je te prie. Je suis ici pour mes intérêts personnels. "

Et bien quoi ? Tous les résistants nourrissaient des ambitions personnelles, dont la principale leur était commune, détruire les dieux, et/ou la résistance, mais Pandore avait cette envie irrépressible de voir. Bien sûr elle avait appris à faire sans, comment autrement ? Mais alors qu'elle s'était résignée, il était apparu dans la bataille, lui offrant les premières images de toute une vie. Et elle, elle en voulait plus. Ce garçon avait ravivé la flamme de l'espoir : qu'elle pourrait peut être voir un jour et ce, sans l'aide d'aucun dieu.

" - Vois tu, tu souffres et tu es torturé quotidiennement ici. Et je peux remédier à ça. Mais moi aussi je suis torturée quotidiennement, et tu peux à l'inverse remédier en partie à cela. Alors voici ce que je te propose. Tu me refais voir. Je t'offre ma protection."

La jeune femme eut un petit sourire carnassier et s'approcha très près de façon à le déstabiliser : " Qu'en dis tu mon jeune amour ?" Pandore posa une main sur sa hanche, non loin de sa ceinture qui pouvait se transformer en arme à tout instant, se disant que son prisonnier ne pouvait pas refuser ce pacte, et que s'il le faisait, il aurait tout à perdre. Réellement elle était fascinée par ses pouvoirs qui n'avaient semblé avoir aucun effet sur elle pour un temps, puis qui avait fait déferlé des vagues de formes colorées et d'images qu'elle voulait comprendre et apprendre à pouvoir nommer.
© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Sam 8 Avr - 20:36


  Sourcil haussé, Morigan la laissa encore s'approcher de lui. Un frisson lui parcourut l'échine lorsqu'elle posa un doigt sur lui. Il eu peur un instant que ce contacte ne résulte à lui faire du mal, à coup d'électricité, comme la première fois. Pourtant, elle n'en fit rien. Voulait-elle vraiment parlementer, alors ?
  Il fixa les yeux vides en face de lui lorsqu'elle lui répondit.

"  Voyons voyons. Un peu de sérieux entre gens civilisés je te prie. Je suis ici pour mes intérêts personnels. "

  Le fils de Léthé ne pu s'empêcher de glousser. Elle était mignonne, elle ! Des gens civilisés ? Des bourreaux, plutôt ! Quelle personne normale d'esprit aurait laissé impunément quelqu'un pourrit dans une telle cellule ? Qui plus est en le torturant, en lui refusant les soins qui lui étaient nécessaires, et surtout, ô surtout ! en lui proposant un pacte qui finirait assurément, si réponse négative, par finir en torture.

"  Vois tu, tu souffres et tu es torturé quotidiennement ici. Et je peux remédier à ça. Mais moi aussi je suis torturée quotidiennement, et tu peux à l'inverse remédier en partie à cela. Alors voici ce que je te propose. Tu me refais voir. Je t'offre ma protection."

  Ah bah ça, pour souffrir, il souffrait ! et encore, le demi-dieu était persuadé que d'autres devaient souffrir bien plus que lui, et que ce n'était que le début. Néanmoins, il ne s'attarda pas sur cette pensé, perplexe de la demande qu'elle lui faisait. Non, pas une demande. On aurait dit qu'elle l'implorait. Pourquoi, d'ailleurs ? Morigan ne comprit pas. Il ne put réfléchir d'avantage, la Résistante s'approchant encore plus de lui avec un sourire qui le fit frissonner, une fois de plus.

" Qu'en dis tu mon jeune amour ?"

  Le fils de Léthé déglutit difficilement. Il était troublé. Oh, pas seulement par cette soudaine proximité. Certes, la Résistante était très séduisante. Il sentait son souffle près de lui, et ne pu détacher son regard de ses yeux voilés, comme paralysé. Mais là n'était pas (que) la question. Elle lui avait demandé quelque chose qu'il considérait comme impossible. Cette fille était aveugle (triste sort, d'ailleurs), et lui n'était ni fils d'Apollon, ni fils d'Asclépios. Par conséquent, il ne pouvais lui redonner la vue.
 Il déglutit péniblement, sentant soudainement son coeur battre la chamade.

"Je suis désolé, mais je ..."

  Il avait murmuré, et sa voix s'était brusquement arrêtée. Elle avait dit "revoir", non pas voir. Et ...

"Oh."

 Il comprit ce qu'elle voulait, c'est à dire qu'il lui donne un nouveau souvenir, comme celui de son père ivre qu'il lui avait filé lors de la Bataille de la Colonie. Un sourire idiot illumina son visage. Il avait l'avantage, complètement. Elle avait vu une fois, et elle en était devenue dépendante. Magnifique ! Avec un peu de chance et de tact, il pouvait lui souffler une ou deux idées. Il voulait autre chose que ce qu'on lui avait proposé.
  Il approcha un peu plus son visage du sien, complètement sûr de lui, il lui déclara.

"J'accepte à une seule condition. Ne me protège pas, pas moi. Il y a un gosse, celui qui t'a tiré dessus. Protège le lui et je suis à toi. Refuse, et tu peux être sûre que je ne bougerais pas même un petit doigt pour te faire revoir, pour te remettre en tête ces images, ces couleurs, même sous la torture."


_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Lun 10 Avr - 19:53

Just talk


Pandore percevait le stress du garçon en face d'elle. Il ne se sentait pas super bien. Normal en même temps il avait des choses de ne pas ressortir de cette cellule sans heurts, enfin qu'elle ne sorte pas sans lui avoir laissé des petits souvenirs. Pourtant elle lui avait donné toutes les cartes en main. Elle était là pour avoir encore de ces ennivrantes images qu'il pouvait lui donner, et elle voulait apprendre quelle forme représentait une voiture, quelle couleur était le jaune, à quoi ressemblait réellement un animal, dans ses profondeurs...

"Je suis désolé, mais je ..."

Il bafouillait. S'en était limite intéressant. Manifestement il ne se sentait pas très à l'aise avec elle si proche de lui. Cela la fit sourire intérieurement. Peut-être qu'il ne lui était finalement pas si indifférent, à près tout c'était un ennemi doublé d'un homme, soit il en avait trop peur, soit son corps parlait pour lui. De toutes manières Pandore ne prendrait pas de je suis désolé comme réponse. Il n'y aurait qu'un oui, sans condition et immédiat. Car plus tard elle ne serait probablement pas de la même humeur clémente, et passerait directement à des moyens plus... persuasifs.

"Oh."

Oh tiens, une idée ? Finalement on veut bien ? Elle sentit le visage du garçon s'approcher très près du sien et esquissa un petit sourire intéressé. Il voulait lui montrer autre chose ?

"J'accepte à une seule condition. Ne me protège pas, pas moi. Il y a un gosse, celui qui t'a tiré dessus. Protège le lui et je suis à toi. Refuse, et tu peux être sûre que je ne bougerais pas même un petit doigt pour te faire revoir, pour te remettre en tête ces images, ces couleurs, même sous la torture."

Pandore éclata de rire devant sa voix assurée. Ce n'était pas une chose négociable. Ce jeune homme n'avait aucune idée de ce qu'il venait de lui offrir. LE moyen le plus sur d'avoir droit aux images et ce, sans même le protéger. Ce jeune connard qui lui avait tiré dessus s'appelait Jake. Un gosse de Léthé que Cyril avait fait ramené de la colonie par un mercenaire, elle n'avait pas trop suivi toute l'histoire mais s'était renseignée sur son tireur et s'était un peu amusé avec lui étant donné qu'il lui avait tiré dessus, elle avait au moins pu se permettre cela. Manifestement il était cher aux yeux de son prisonnier préféré. Pandore s'approcha un peu plus et le fit reculer contre le mur avec un sourire carnassier et entourant sa main autour de son cou se pencha vers son oreille :

"Désolé mon coeur cela ne va pas être possible. Par contre on va la jouer selon mes règles puisque ici c'est moi qui commande. Je ne doute pas un instant de ton courage face à ma torture. Ainsi donc je ne perdrai pas mon temps à te torturer. Si tu ne m'offres pas ce que je veux ton petit copain risque de souffrir... plus que tu ne peux l'imaginer."

Satisfaite elle reprit sa position initiale, devant lui, l'empêchant de faire le moindre mouvement. Il y avait le mur, lui et elle. C'était tout. Et ce sourire, ce sourire si pervers qu'elle ne quittait plus parce qu'elle s'amusait tant. De le voir souffrir, de savoir qu'il était impuissant et de savoir qu'il allait bientôt devoir la supplier de cesser de le torturer. Pandore avait un nouveau but. Elle voulait avoir ce jeune arrogant à ses pieds, elle voulait qu'il comprenne que du début à la fin elle avait eu l'avantage et que tout ici, sa vie, celle de son pote, de son cousin ou peut-être de son frère, ce qui pouvait se tenir au vue des pouvoirs du prisonnier dont elle ignorait jusqu'au nom, tout dépendait d'elle. Elle pouvait écraser toute forme de résistance, ou même d'impression de pouvoir qu'il pouvait avoir. Il croyait être dans une position où il pouvait négocier : clairement il ne l'était pas.

© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Jeu 13 Avr - 12:39


C'est quand elle éclata de rire que Morigan perdit toute assurance. Il sut que ce qu'il avait essayé de négocier était perdu. L'avantage qu'il avait cru gagner s'était retourné contre lui. Mentalement, il se traita de tous les noms. Mais quel idiot !

"Désolé mon coeur cela ne va pas être possible. Par contre on va la jouer selon mes règles puisque ici c'est moi qui commande. Je ne doute pas un instant de ton courage face à ma torture. Ainsi donc je ne perdrai pas mon temps à te torturer. Si tu ne m'offres pas ce que je veux ton petit copain risque de souffrir... plus que tu ne peux l'imaginer."

Dieux qu'il eu envie de la démolir. Et qu'importe si elle était aveugle ou même si elle avait un joli minois ! Si elle touchait à un cheveux de son frère, il se jurerait de lui faire payer. Enfin, là maintenant tout de suite, il était clairement dans l'incapacité de faire quelque chose. Premièrement parce que tous ses membres étaient endolories alors que la fille de Zeus était en (presque si on prenait en compte le fait qu'elle soit aveugle) pleine forme. Deuxièmement, il était contre un mur, et n'avait aucune marge de manœuvre. S'il devait faire quelque chose, ça serait pour plus tard.
Mâchoire contractée, il s'efforça avec bien du mal de se calmer. Il avait beau retourner la situation sous tous les angles, le fils de Léthé ne pouvait faire que capituler. La laisser gagner lui faisait mal, mais au moins, il pouvait être sûr d'avoir sa vengeance et effacer ce stupide sourire de son si joli visage. Lui même fit de son mieux pour qu'un léger sourire se dessine sur ses lèvres, cherchant toujours à se détendre. Il soupira, prenant un air résolut. Avec un peu de chance, il pourrait réussir à la mal mener avec ses réminiscences.

"Très bien. Tu me vois forcer d'accepter."

Il marqua une pose avant de reprendre :

"Pour avoir ce que tu demande, il faut un contacte entre nous, que je te touche, ou toi ... enfin, peut importe."

Il s'était rapproché d'elle tout en parlant, fixant toujours les yeux vides de la Résistante.


_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Mer 19 Avr - 10:54

Just talk


Pandore était très satisfaite de son début de journée. Oui décidément elle avait vraiment tout ce qu'elle voulait en ce moment, c'était parfait. Avec lui, sa nouvelle clef vers le monde allait lui permettre de mieux comprendre ce monde noir qui l'entourait, elle pourrait enfin avoir un semblant de vie normale. Elle ne devait perdre sous aucun prétexte ce garçon, elle devait l'avoir avec elle jusqu'à ce qu'il lui ait tout enseigné. Personne ne pourrait lui faire du mal, il fallait qu'elle le protège, c'était impératif.

" - Très bien. Tu me vois forcer d'accepter."

Il avait une voix résigné. Elle était contente, un éclair joyeux aurait illuminé son visage si elle ne se concentrait pas pour avoir ce visage impassible, quoiqu'un peu sarcastique. Elle sentit qu'il s'approchait un peu plus d'elle et ses réflexes reprirent le dessus. Il ne fallait pas qu'il essaye de l'embrouiller, elle ne baissait pas sa garde. On ne savait jamais de quoi les alliés étaient capable. Après tout il l'avait bien frappé dans sa blessure, tel un lâche, son frère l'avait bien attaqué de dos, lui aussi, tel un lâche, il fallait que la résistante s'attende à toute tentative de coup bas venant de la part de son prisonnier. En réalité il ne pouvais pas faire grand chose, désarmé et dans une geôle, tout en étant dans un piteux état, mais certains d'entre eux étaient robustes, il ne faut pas les sous estimer.

" - Pour avoir ce que tu demande, il faut un contacte entre nous, que je te touche, ou toi ... enfin, peut importe."

Pandore ne bougea pas de là où elle était. Un contact hein ? Pourquoi ça aussi ça sentait l'entourloupe ? Pandore sentit néanmoins qu'il avait l'air sincère, et un peu gêné à l'idée d'avoir un contact continu avec elle. Manifestement, contact rompu, image qui disparaît. C'était ce qui était arrivé pendant la bataille. Oui il l'avait touchée au front, cela avait du être le déclencheur de la vision, et lorsqu'il était parti, elle s'était rapidement estompée. Il ne mentait pas. Bien c'était déjà une bonne chose à savoir. Pandore esquissa un demi sourire sadique, elle comptait bien l'humilier quand même un peu, pour lui rappeler qui avait le pouvoir ici, pour lui faire comprendre qu'il n'était pas en position de force, ni en train de devenir amis ou quoi que ce soit. La résistante fit un petit pas. Maintenant ils étaient très proche l'un de l'autre et elle pouvait sentir la respiration saccadée du prisonnier qui devait faire des efforts pour se tenir droit devant elle, enfin c'est ce qu'elle pensait.

" - Essayes de me faire du mal et ton ami disparaît aussitôt dans les plus grandes souffrances."

Dit elle en se penchant à son oreille. La jeune femme le poussa contre le mur froid, son corps collé contre le sien, et posa une main sur la joue de son prisonnier : comprenant où était son visage, Pandore posa ses lèvres contre les siennes, paupières closes, le tenant contre le mur au niveau de la hanche de son autre main, pour éviter qu'il ne bouge.

Maintenant il était réellement à elle. Elle lui avait pris sa force, son pouvoir, et le peu de dignité qu'il lui restait, en lui montrant que même son corps dépendait d'elle. La résistante était satisfaite, et au moment où leurs lèvres s'étaient rencontrées, ses yeux s'étaient ouverts sur un nouveau paysage.
© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Mer 19 Avr - 18:37


Il semblait qu'une éternité passent avant que la fille de Zeus ne réagisse ou ne prenne la parole. Morigan aurait parié qu'elle analysait la situation afin de savoir si il se foutait d'elle ou non. Après tout, avec son air non assuré, il pouvait carrément comprendre qu'elle pouvait être méfiante. Nan, comme il s'en était fait la réflexion précédemment, il prendrait sa vengeance plus tard. Ainsi, elle n'avait rien à craindre pour le moment.

L'air sûre d'elle qu'elle abordait et le sourire quelque peu sadique qui se dessinait sur ses jolies lèvres déstabilisait Morigan. Il avait l'impression d'être sa chose, sa drogue. Au moins, le fils de Léthé pouvait noter qu'il serait en sécurité ainsi que son frère. Comme elle l'avait dit, la fille de Zeus assurer que rien ne leur serait fait si son prisonnier rester sage. Il aurait son petit confort,
bien que cela lui faisait mal au ventre de savoir que bien d'autres de ses camarades ne bénéficiaient pas d'un tel privilège.

La Résistante fit un pas de plus vers Morigan, comme plus insistante, et il ne put s'empêcher de frissonner, comme l'autre fois où ils avaient été si proche. Elle dégageait quelque chose de redoutable, quelque chose de dangereux mais aussi attirant et fascinant. Un mélange assez séducteur, remarqua à nouveau le fils de Léthé.

" - Essayes de me faire du mal et ton ami disparaît aussitôt dans les plus grandes souffrances."

Au moins, c'était clair.
Lorsqu'elle le poussa contre le mur, il fut surpris. Il ne se rendit même pas compte de la froideur de la paroi contre laquelle la Résistante le poussait, et non pas à cause de la rapidité avec laquelle elle avait agit, mais plutôt à cause de son corps contre celui de Morigan. Quand il sentit ce drôle de contact, il passa outre toute chose autour de lui, abandonnant sa cellule, étant comme complètement à elle. Oui, pour une fois il n'était pas le maître, il lui était complètement soumis, à son joug. Tous les muscles de son corps se contractèrent lors du contact. Si il fut surpris par cela, il ne s'attendait clairement pas à la suite. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte de sa main sur sa joue puis de ses lèvres sur les siennes. Il ignora la main qui le bloquait aux hanches, trop étonné pour prendre ce futile détail en compte.
Il lui fallut encore un court instant pour comprendre ce qui lui arrivait. C'était le contact qu'il avait demandé (bien qu'il se serait contenté d'une poignée de main), et ce n'était franchement pas désagréable.

Morigan ferma les yeux, appuyant ses lèvres contre celles de la fille de Zeus, l'embrassant sans hésiter. C'était certainement la chose la plus agréable qu'il avait vécu depuis qu'il était prisonnier. Intérieurement, il espéra que cela se termine le plus tard possible.
Le fils de Léthé se concentra sur son pouvoir, cherchant à lui montrer un souvenir agréable dans tout ce qu'il avait accumulé ces dernières années. Il n'allait pas lui montrer quelque chose qui n'était pas à lui, hors de question.

L'Irlande, un soir de printemps. Morigan est très jeune, et à cette époque de l'année, il a prit l'habitude de sortir de chez lui afin d'être de ceux qui accueillent les marins au retour de la pêche.
Le soleil est bas dans le ciel, masqué par quelques nuages blancs. Le vent froid lui gifle les joues,
mais peu importe, la vue est magnifique. Il se trouve en hauteur, sur l'unes des nombreuses falaises de l'île. Autour de lui, l'herbe des verte et remue au grès du vent, sans cohérence. Des moutons restent à ses côtés, broutant, leur laine épaisse les faisant ressembler à de gros nuages blancs sur le planché des vaches. En bas, sur l'eau dont la couleur d'un gris vert contraste avec le paysage, les bateaux glissent lentement. Ils sont blancs, verts, rouges ou mêmes bleus. Certains ont leur peinture quelque peu tachée par les algues ramenées par les filets qui s'y accrochent. De grosses bouées jaunes sont accrochées à leurs côtés, et un nuage d'oiseau qui espère entrevoir un peu de poisson afin de s'en remplir le gosier.


_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Sam 22 Avr - 20:39

Just talk


Pandore eu à peine le temps de sentir que son prisonnier prenait goût à son baiser en le lui rendant bien qu'il la plongeait déjà dans une nouvelle image. Elle avait tant attendu ce moment qu'elle ne réfléchissait plus et s'agrippa encore plus à son cou pour ne pas rompre le contact qui lui procurait cette satisfaction visuelle.

Pandore ouvre les yeux, elle est dans un corps de petite taille. Ce corps est en hauteur et regarde ce qui doit probablement être la mer, puisque ça bouge et que des choses glissent dessus. Seraient ce des bateaux ? Mais alors quelles sont ses magnifiques couleurs ? Pandore sait que l'herbe qu'elle foule c'est le vert, et que la mer est bleue, ce sont de si jolies couleurs. Il y a des petites taches qui bougent aussi dans l'herbe, et puis il y a le ciel. Il est si beau, le vent lui fouette le visage, mais elle sait que le garçonnet s'en fiche, et elle aussi. La résistante se dit intérieurement qu'il lui montre quelque chose de génial, parce qu'elle sent que le garçonnet est tout joyeux, et ça la rend joyeuse elle aussi. Et que sont ces tâches qui mangent l'herbe près d'elle, quelle espèce animale ? Pandore ne saurait le dire, puisque le garçon ne s'attarde guère sur eux et qu'il ne va pas les toucher, elle sait qu'elle ne pourra pas reconnaître cette espèce. L'enfant semble attiré par les bateaux qui glissent sur l'eau. Pandore connaît la description des bateaux, mais les voir en vrai ce n'est pas pareil. Cela fait partie des choses qu'elle pouvait difficilement imaginer puisqu'elle ne pouvait pas les toucher entièrement, en faire les contours...

Pandore recule son visage et détache ses lèvres de son prisonnier, avec un sourire sincère sur les lèvres. Elle est toute excitée par ce qu'elle vient de voir. Sans s'éloigner de lui, elle passe une main dans ses cheveux comme par peur qu'il s'évapore.

" - Merci pour le baiser mon chou."

Dit alors la résistance avec un petit sourire satisfait en retirant sa main qui avait glissé dans le cou du garçon pendant leur baiser et la vision. En dehors des folles images qui emplissaient désormais son esprit et qui pourraient tant l'aider, elle avait apprécié le contact. De toutes façons, Pandore appréciait souvent les baisers.

" - Est ce que tu peux me décrire la chose maintenant ? Me dire à quoi correspond quoi."

Lui dit elle alors avec une voix beaucoup plus calme qu'avant. Ce type était vraiment la clef de ses seules visions, son seul espoir, et elle ne comptait pas le laisser s'échapper, jamais. Pandore avait promis de le protéger, et elle prévoyait bien d'améliorer son confort ici s'il pouvait lui rendre ce genre de choses qui la rendait ivre un peu plus souvent. Sa tête tournait un peu sous le flux d'informations qui venait de la submerger alors qu'elle n'avait pas l'habitude, mais avec le temps elle savait que ça reviendrait. Il fallait juste garder cet homme sous la main le plus longtemps possible, voire pour toujours.

© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Lun 17 Juil - 21:05


Chaque infime partie de la peau de Morigan fut parcourue par des frissons lorsqu'il senti les lèvres de la fille de Zeus quitter les siennes. Oubliant le contexte, l'endroit, le mauvais fond de la personne, il aurait voulut s'agripper à elle, à ses lèvres, à son corps ... il aurait voulut la garder pour lui seul, ne jamais arrêter cet instant qui mélangeait ce contact charnel et ce doux souvenir qu'il partageait. Son Irlande était devant lui, et une charmante demoiselle dont il ne connaissait le nom était à ses côtés. C'était idiot, complètement idiot quand on y pensait. Cette même demoiselle le retenait prisonnier, cette même demoiselle n'aurait pas hésité à lui faire du mal (bien qu'elle soit déjà passée à l'acte durant la bataille), et cette même demoiselle menaçait son frère. Léthé l'aurait maudit. Mais qu'importe. En ce moment précis, tout cela était oublié.
Morigan se concentra un instant sur la main qui passait dans ses cheveux, avant de fixer les bateaux qui voguaient dans son souvenir.

" Merci pour le baiser mon chou."

Le fils de Léthé l'entendit, mais comme un murmure, quelque chose de lointain. Concentré sur sa réminiscence, il regretta tout de même la main de la Résistante qui quittait son cou. Le contacte était encore là néanmoins, par cette main qui s'attardait dans ses cheveux. Et Morigan gardait les yeux fermés. Détendu, il avait l'agréable sensation de flotter, et que mis à part la fille de Zeus, rien n'existait autour de lui. Il était à la fois dans le passé et le présent, mais c'était le passé qui dominait, comme toujours. Un sourire s'étendit sur ses lèvres. Il l'oubliait souvent, mais les souvenirs, c'était cela également. Dans l'immensité de ceux qui appartenaient aux autres, quelque part dans sa petite tête résidaient les siens. Parfois, l'Irlandais se demandait comment tout cela pouvait tenir en lui, lui qui avait tant emmagasiné. Peut-être son côté divin lui donnait-il cet avantage. Parfois même aussi, Morigan se demandait s'il allait un jour finir fou. Peut-être bien.

" Est ce que tu peux me décrire la chose maintenant ? Me dire à quoi correspond quoi."

Rêvait-il, ou s'était-il vraiment produit un changement dans son attitude, dans le ton employé ? Tout à l'heure, elle lui avait dit merci. Voilà maintenant qu'elle semblait parler avec gentillesse, et le Sang-Mêlé aurait parié qu'il s'agissait aussi de curiosité, mais surtout d'émerveillement. La fille de Zeus avait-elle toujours été privée de sa vue, ou alors seulement depuis un certain temps ?
Morigan ne pouvait pas "bouger" dans ses réminiscences comme s'il s'agissait d'une sorte de réalité virtuelle. Il ne pouvait se contenter seulement de ce qu'il avait vu, entendu, senti et ressenti ce jour là. L'émerveillement, la joie, la hâte, l'envie, et bien d'autres choses. Cette sensation de liberté également lorsqu'il posait ses yeux sur l'horizon sans limite. Tout cela, sa geôlière pouvait le ressentir elle aussi.

Soupirant légèrement, l'Irlandais se concentra sur ce qu'il se passait dans cette vision.

" Les gros nuages blancs qui mangent l'herbe sont les moutons du vieux MacKenna, l'un des bergers du village. Il les laisse vagabonder comme ça, clamant que ce sont de vieilles bêtes qui mourront de mort naturel, comme lui. Il est fatigué. C'est son chien qui les garde, mais à cette heure-ci, personne ne pense aux moutons. C'est le moment où les pêcheurs rentrent. Leur femme et leurs enfants les attendent, et tout le monde est là pour les aider à débarquer le poisson, à faire des propositions pour en acheter avant les marchés. Les bateaux sont peints de couleur vive pour qu'on les voit arriver de loin. Ils ont chacun au moins deux bouées de chaque côté, ce sont les gros ballons jaunes."

Morigan fit une pause, regardant les oiseaux qui accompagne les marins. Il sourit avec un mélange de bonheur et de mélancolie qui ne manqua pas de se faire remarquer dans sa voix.

"Le nuage d'oiseaux est un mélange de goélands et de mouettes. Ils profitent de la moindre inattention pour voler le poisson. Mon père me racontait qu'un fois la moitié de la pêche avait disparut comme ça lors du débarquement."

Son père ... au début il détestait que Morigan s’aventure sur le haut des falaises. Il s'y était passé bien trop d'accidents, et lui et sa mère ne voulaient pas qu'il se mettent en danger. Il leur était trop précieux ....

"Ce que tu vois, reprit-il c'est le souvenir d'une partie de mon enfance. Ce moment là est à toi. En te le montrant, je te l'ai donné. C'est ton souvenir maintenant, il fera parti de toi."

_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Jeu 3 Aoû - 15:44

Just talk


Pandore pouvait ressentir toutes les sensations que lui ressentait. C'était grisant. Toutes ces images, toutes couleurs, toutes ces formes qui s'ouvraient à elle pour la première fois, elle qui n'avait jamais vu le jour se lever, les arbres ployer sous le poids d'un vent qu'elle pouvait pourtant déchaîner, même la beauté humaine lui était fermée. Mais lui, lui pouvait lui ouvrir tout cela, bien sur ce n'était que des rêves, des images qu'il projetait dans son esprit, mais la résistante savait qu'elle pouvait en devenir dépendante, en réalité qu'elle en était déjà dépendante, et que tout ceci, n'était que le début pour elle. Elle savait que son baiser manquait au garçon, et pour la vision elle lui en aurait bien donné un nouveau. Mais elle se retint totalement. Pour l'instant elle ne pensait qu'à une chose, voir et voir, encore et encore.

" Les gros nuages blancs qui mangent l'herbe sont les moutons du vieux MacKenna, l'un des bergers du village. Il les laisse vagabonder comme ça, clamant que ce sont de vieilles bêtes qui mourront de mort naturel, comme lui. Il est fatigué. C'est son chien qui les garde, mais à cette heure-ci, personne ne pense aux moutons. C'est le moment où les pêcheurs rentrent. Leur femme et leurs enfants les attendent, et tout le monde est là pour les aider à débarquer le poisson, à faire des propositions pour en acheter avant les marchés. Les bateaux sont peints de couleur vive pour qu'on les voit arriver de loin. Ils ont chacun au moins deux bouées de chaque côté, ce sont les gros ballons jaunes."

Blancs. Couleur vive. Jaune. Les ballons sont jaunes, les bouées sont les ballons jaunes. Les moutons sont les petits trucs duveteux et ils sont blancs, comme les nuages dans le ciel. C'est une belle couleur que le blanc, cela apaise. En parlant, son prisonnier semble heureux, voire mélancolique de cet endroit. Serait elle dans un souvenir ? Ou dans une histoire inventée de toute pièce ? Elle ne saurait le dire. Elle se demande s'il ne serait pas la progéniture de Léthé, mais elle préfère garder sa question en suspens. Plus tard elle lui demandera. Pour l'instant il lui montre des merveilles. Les bateaux sont des engins que Pandore n'avait jamais pu réellement imaginer. Bien sur on lui décrivait, mais lorsqu'elle ne pouvait pas entrer en contact c'était toujours plus difficile. Comme les bâtiments, elle imaginait toujours de gros blocs noirs. C'est tout. Pandore regarde attentivement le chien qui garde les moutons. Elle pense que peut-être il ressemble au sien, mais Fahrenheit semble plus doux et ses oreilles sont différentes.

"Le nuage d'oiseaux est un mélange de goélands et de mouettes. Ils profitent de la moindre inattention pour voler le poisson. Mon père me racontait qu'un fois la moitié de la pêche avait disparut comme ça lors du débarquement."

Pandore a un petit éclat de rire. Voler le poisson, ces animaux sont plutôt futés. Eux aussi ils sont blancs. Il y a pas mal de blanc finalement, mais les bateaux sont colorés et donnent une touche vraiment agréable à regarder pour des yeux qui ne connaissent pas tout ça. Elle pense que le garçon a été sympa de lui montrer tout ça. Certes quelque chose de désagréable il n'aurait pas pu, mais quelque chose de neutre, voire d'ennuyant, il aurait pu. Il avait choisi lui même quelque chose d'heureux et la résistante lui en était reconnaissante, même si elle ne l'avouerait jamais.

"Ce que tu vois, reprit-il c'est le souvenir d'une partie de mon enfance. Ce moment là est à toi. En te le montrant, je te l'ai donné. C'est ton souvenir maintenant, il fera parti de toi."

Pandore laissa les images s'estomper. Elle pourra y revenir, elle le sent. Ce sera son havre de paix. Elle sent à nouveau le noir l'envahir, et le froid de la pièce la ferait presque frissonner. Mais son corps est toujours collé contre celui du garçon et sa chaleur humaine lui tient chaud. L'odeur pourtant lui rappelle qu'ils sont bien tous les deux à nouveau dans la cellule. Il lui a donné un souvenir ? Mais comment fait il pour faire ce genre de choses ? C'est très étrange. Les pouvoirs de Pandore se limitaient au domaine extérieur, et elle était fascinée et étrangement elle redoutait, ceux qui pouvaient avoir une emprise sur l'esprit ou sur le corps. Elle reprit un visage un peu fermé et recula d'un pas, même si elle ne voulait pas quitter le contact, elle ne devait pas montrer qu'elle était touchée par ce qui venait de se passer. C'était lui qui devait la désirer, pas l'inverse.

" - Je peux y avoir accès quand je veux ?"

Lui dit elle alors en reprenant sa place de geôlière et lui de prisonnier. Cette histoire de souvenir qui était sien et qui passait à Pandore ne pouvait s'apparenter qu'à quelqu'un qui manipule les souvenirs. La résistante ne connaissait pas énormément de divinités capable de faire ça. Au début il aurait pu passer pour un fils de Morphée mais ce n'était pas des rêves qu'il lui donnait, mais bien des souvenirs. Lui allait probablement oublier ce souvenir, en le transmettant. Mais la seule personne, la seule déesse, qui vint à l'esprit de la jeune femme c'était vraiment Léthé.

" - Donc ta mère c'est Léthé c'est ça ?

Elle était presque sur de ne pas se tromper. Et pourtant elle n'avait toujours pas son nom. Elle avait renoncé à lui demander, mais avec ce qu'ils venaient de partager, elle se sentait obligée de lui demander. S'il parvenait à lui échapper, ce qu'elle espérait n'arriver jamais, il faudrait qu'elle soit en mesure de le récupérer, par un moyen ou un autre.

" - Qui es tu ? Quel est ton nom ?"

Elle pouvait sembler l'assaillir de questions, ce n'était rien comparé à ce que le posaient les différents bourreaux de la résistance. Elle savait cela pour faire partie des plus vieux d'entre eux. Eux ils harcelaient pour avoir des informations sur la colonie, elle, voulait juste savoir ce qu'il pouvait lui apporter et réellement qui il était.
© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Ven 1 Sep - 17:10


Comme de l'électricité dans l'air.
Pandore E. Skywalker & Morigan O'Lear.
Il aurait pu lui montrer autre chose comme son enfance en Irlande et les autres merveilleux paysages que l'on pouvait y trouver. Il aurait pu y passer des heures, s'y abandonner avec elle sans forcément tout lui donner, juste lui montrer, les partager. Morigan aurait voulu y replonger, là maintenant tout de suite, abandonner l'instant dans lequel il était et par la même occasion l'inconfortable cellule. La réminiscence avait eu le pouvoir de l'emmener ailleurs l'espace d'un instant, là où il n'y avait ni froideur, ni odeur horrible, ni cris, ni douleurs. Et l'illusion qu'il avait créé pendant un moment se dissipa totalement lorsque la fille de Zeus recula d'un pas, son visage qu'il avait trouvé tantôt changé
et émerveillé se figea et repris l'allure qu'il avait précédemment : celui d'une Résistante sans scrupules.

"Je peux y avoir accès quand je veux ?"

  Morigan se prit une claque en pleine figure. Le ton employé était clair : chacun sa place. Lui qui avait espérer changer un petit truc en elle, c'était râpé. Le fils de Léthé grimaça à cette pensé. Il avait cru que tout n'était pas fichu pour elle,
mais pour le coup la Résistante le fit douter. Il acquiesça pour répondre à sa question, chose stupide puisqu'elle ne pouvait rien voir, mais il était sûr qu'elle savait pertinemment qu'elle pouvait avoir accès au souvenir où et quand elle le souhaitait.

" Donc ta mère c'est Léthé c'est ça ?"

  Touché. C'était stupide, mais Morigan pouffa. Lui qui souhaitait ne rien révéler de tout cela, c'était clairement foutu. De toute façon il devait bien s'y résigner, elle aurait sut un jour ou un autre qui était son parent divin et ce par la torture ou comme ici par une simple déduction.

" Qui es tu ? Quel est ton nom ?"

  Un sourire se dessina sur les lèvres de Morigan. Il savait qu'il était obligé de répondre, et de toute façon il en avait envie. Cela coulait de source, si elle savait qui il était réellement, la Résistante pouvait trouver de quoi faire pression sur lui. Franchement, il n'avait pas peur, son souffle régulier et son assurance le montrait clairement. Après tout, sa mère était une déesse, et l'Irlandais doutait bien sur le fait que l'organisation rebelle pouvait les faire tomber. Ils n'étaient pas les premiers à essayer, ils ne seraient pas les derniers à échouer. Quant à son père, il était bien loin en sécurité, dans une autre vie et sans aucun souvenir de son fils, pour sa propre sécurité. Son frère gisait dans une cellule non loin de lui, et si jamais on lui faisait du mal, il refuserait de lui donner ce qu'elle voulait. Il le savait, elle était un minimum dépendante de ses images qui venaient dans son esprit et qu'elle pouvait consulter sans lui. Mais une seule ne lui suffirait pas, et Morigan était persuadé qu'elle viendrait à nouveau demander ses services.    

"Je m'appelle Morigan O'Lear et je suis bien le fils de Léthé, déesse infernale de l'Oubli."

  Le demi-dieu avait croisé les bras sur la poitrine. D'elle, il savait son père :
Zeus. Il la savait aveugle, Résistante évidemment. Un drôle de caractère, il était persuadé qu'elle se cachait derrière un masque d'impassibilité et de méchanceté pour ne pas être percée à jour sur une quelconque gentillesse. Mais qu'importe,
autant savoir qui il avait face à lui. Puis mine de rien, elle l'intriguait.

"Et toi, qui es-tu ?"
(c) sweet.lips


Clic :
 

_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ZEUS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 481
Date d'inscription : 18/05/2016

Feuille de Personnage
Arme(s): 4 poignards - 10 shuriken - 1 fouet conducteur d'électricité transformable en ceinture + bouclier qui renvoie les coups qu'il absorbe transformable en bracelet + bâton climatique transformable en canne pour aveugle
Familier(s): Fahrenheit (berger australien) - East (choucas) - Lucror (pégase)
Objet(s): 2x antidote + pierres messagères en boucle d'oreille + un parchemin anti-magie + un parchemin champ de force + un filtre de vérité

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Jeu 14 Sep - 15:02

Just talk


Il avait pouffé. Cela avait intrigué Pandore, et quoi alors ? C'était pas elle ? La résistante ne pouvait pas forcément trouver du premier coup. Léthé ça lui avait semblé ce qu'il y avait de plus logique mais désormais elle en doutait presque face à la réaction du garçon. Peut-être que Pandore n'aurait pas du poser toutes ces questions, il devait forcément se sentir important en les entendant. Et certes il était inestimable à ses yeux, en tout cas ses aptitudes à lui donner la vue l'étaient, mais il ne devait en aucun cas le comprendre. C'était probablement trop tard, et Pandore se maudit intérieur d'avoir mal joué sur ce coup-là. Elle avait pourtant réussi à lui montrer que c'était elle qui tenait les rênes, elle ne devait pas lui offrir des faveurs en échange de ses visions, mais elle lui épargnait des souffrances, il ne fallait pas qu'il oublie ça.

"Je m'appelle Morigan O'Lear et je suis bien le fils de Léthé, déesse infernale de l'Oubli."

La brune eut un petit sourire. Ah, donc elle avait bien raison il était le fils de Léthé. Et par conséquent le frère de ce Jake qu'ils avaient capturé aussi et qui croupissait en prison pour avoir osé tiré sur Pandore, de dos en plus rendez-vous compte ! Matthew le lui avait bien fait payé. Morigan... C'était un prénom que Pandore ne connaissait pas, mais étrangement elle trouvait qu'il résonnait en harmonie avec la voix de celui qui le portait. Elle ne s'attarda ni sur son nom de famille sans importance, si l'on ne note la similitude avec le personnage de Shakespeare, ni sur le fait qu'il ait souligné que sa mère était une déesse infernale. Les Enfers n'effrayaient pas Pandore, tout au mieux ils pouvaient l'attirer. La demi-déesse donnerait beaucoup pour y faire un petit tour. Peut-être qu'un jour elle rencontrerait Hadès. Et pourrait lui botter les fesses comme il se doit. Même si sa cible principale était son père, Pandore avait en tête d'éliminer tous ces mauvais parents responsables ds maux de tous les demi-dieux et même des mortels. Combien d'entre eux avaient péri à cause des dieux ? De leurs guerres et de leurs créatures ? Beaucoup trop.

"Et toi, qui es-tu ?"

La résistante passa une main dans ses cheveux et eu un petit rire sarcastique. Ce n'était pas vraiment lui qui posait les questions. Et puis, il en savait déjà beaucoup sur elle ce "Morigan". Déjà elle l'avait battu lors de l'attaque de la colonie, et lui avait bien dit de se souvenir que c'était Pandore Skywalker qui l'avait mis dans cet état-là. Ensuite, il connaissait son ascendance divine, si maudite soit elle, et son handicap. C'était déjà beaucoup pour un prisonnier qui ne devrait rien savoir de son bourreau. La jeune femme se demanda s'il essayait de se peindre un portrait d'elle noir ou plutôt blanc. Après tout elle lui avait montré un peu de gentillesse. Attendez ? De la gentillesse ? Il ne fallait surtout pas qu'il pense d'elle qu'elle pouvait être gentille ! Pandore se rapprocha de lui une nouvelle fois.

" - Je suis la nouvelle femme de tes rêves. Fit elle en passant une main sur sa joue où elle déposa un baiser. Et ton pire cauchemar." Ajouta t-elle en reculant le visage fermé, ses yeux vides tournés vers lui sans le voir.

La résistance s'éloigna de Morigan jusqu'à l'entrée de la cellule où des gardes vinrent lui ouvrir. Elle les laissa renfermer le sang-mêlé tandis qu'elle quittait les lieux sans se retourner. Son entretien avec le fils de Léthé l'avait perturbée. Elle tentait comme elle le pouvait de ne pas le montrer, mais en se remémorant les souvenirs elle ne pouvait que les aimer, et elle se surprenait, malgré elle, à avoir aimé le contact de leur baiser et la douche chaleur qu'il lui avait procuré. Son chien à ses pieds, Pandore remonta les escaliers de la résistance pour aller s'allonger un moment, elle avait besoin de mettre au clair ses pensées, de comprendre la relation qui allait forcément s'installer entre eux, et de déterminer quelle attitude choisir envers lui.
© Ice

_____________________________






Spoiler:
 


[/center]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

admin (léthé)

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 625
Date d'inscription : 22/02/2016

MessageSujet: Re: Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :( Lun 2 Oct - 21:11


Comme de l'électricité dans l'air.
Pandore E. Skywalker & Morigan O'Lear.
Mais qu'il était idiot ce Morigan ! C'est lorsqu'il finit sa phrase, quémandant l'identité de cette chère demoiselle. La vérité lui revint comme un boomerang, point important qui s'était échappé  de son esprit aussi simplement qu'il lui était venu. Peut-être que son inconscient voulait lui cacher, entreprise maladroite et veine dont le but pouvait être certainement de refaire la connaissance de la jeune femme d'une façon moins terrible que la première fois. Cette même première fois, c'était à la Colonie, lors de la bataille. Et tandis qu'autour d'eux s’entre tuait une seule et même famille. La fille de Zeus l'avait attaqué et avait fièrement annoncé son identité, triomphante.
  Pandore E. Skywalker.
  Pandore. Nom qui fut donné à la première femme, celle à qui l'on attribut la fameuse jarre que l'on appelle la boîte de Pandore. Ladite Pandore se vue confiée cette jarre qu'elle ne devait ouvrir sous aucun prétexte , l'ouvrit finalement. S'en échappèrent tous les maux qui se rependirent sur Terre n'en restant qu'une seule et unique chose : l'espoir. Et devant lui se tenait la fille de Zeus dont tous les maux l'avaient atteints et dont la seule chose semblait être restée enterrer au plus profond d'elle même : l'espoir. Avec ce qu'il venait de se passer, le fils de Léthé avait entre vu cet espoir dans les yeux vides de la Résistance. Il était sûr (bien que cela ne s'avère être que pure folie) que tout n'était pas perdu avec elle.

"Je suis la nouvelle femme de tes rêves. Et ton pire cauchemars."

  Un éclair de douceur avait accompagné sa voix suave. La jeune femme avait posé sa main sur la joue de l'Irlandais, y déposant par la suite un baiser. Comme la première fois, le contact sur la peau de Morigan le fit frissonner de la tête aux pieds. Et la chute de sa phrase se fit attendre. Il en aurait mit sa main à couper que de tels mots auraient conclu leur entretien. Déjà quelques liens particuliers s'étaient tissés entre eux. La chose était dangereuse, mais lui permettait de saisir quelques points de personnages.

  Lorsqu'elle s'éloigna de lui, ses yeux vitreux le fixant, il resta impassible, froid et stoïque. Et lorsque les gardes vinrent ouvrir la cellule et qu'elle quitta les lieux, il la suivit du regard, gardant la même attitude. Ce n'est que lorsque Pandore fut hors de son champs de vision que chaque petite parcelle de son corps se détendit. Ses poumons cherchèrent désespérément de l'air, si bien qu'il se rendit compte qu'il était en apnée depuis que la main de la fille de Zeus avait touché sa joue, bien avant ce dernier baiser. Il se rendit également compte qu'il n'avait pas réellement redouté ce contacte dont l'issue aurait pu se révéler électrique.
   Morigan recula, s'adossant au mur de sa cellule, son dos touchant fatidiquement la surface froide et humide. Il s'y laissa glisser, fixant la porte de l'endroit qui allait certainement le retenir encore un long moment. Mais avant tout, le fils de Léthé était sûr d'une chose : la porte allait s'ouvrir à nouveau. Pandore avait trop besoin de Morigan pour lui redonner la vue, et Morigan avait besoin d'elle pour sortir de là.

  L'un était l'esclave de l'autre.
(c) sweet.lips

_____________________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Comme de l'électricité dans l'air | PV Pandore. TERMINE :(

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fais moi découvrir ta bibliothèque.
» [VIIème tournoi] Quart de Finale Setesh/Kakyo: Il y a comme un coup de foudre dans l'air!
» Je suis comme ce poison qui coule dans tes veines : je te fais mourir à petit feu ~ Maria
» Tell me this is a joke - Adonis
» Le courage est comme le diament il brille dans l'ombre ⌂ Modifications faites ! ⌂

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Filiorum ex Deorum :: 
Hors-RPG ~ Partie détente
 :: Les corbeilles. :: Archives des RP.
-