Feather ft Matthew
Filiorum ex Deorum
Bonjour et bienvenue sur Filiorum ex Deorum ! Inspiré des romans de Rick Riordan, ainsi que des films, le forum reprend la saga Percy Jackson. Viens vite nous rejoindre, qu'est ce que tu attends ? ♥️



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Filiorum ex Deorum Invité ♥ !
Les nouveautés du mois de juillet sont par ici ! ♥
La Résistance est réouverte!
Venez participer aux trois events de l'été pour faire avancer l'intrigue! Ici pour la Colonie, pour la Résistance et enfin ici pour les mortels et divinités ! ♥
Les groupes à privilégier sont: les Chasseresses, les Créatures et les Mortels ! ♥

Partagez| .

Feather ft Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

CREATURE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 156
Date d'inscription : 05/10/2017

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Feather ft Matthew Jeu 9 Nov - 3:19

Danaé était fatiguée. Elle se réveillait à l’aube, les yeux encore lourds de ses heures de travail, les bras et les jambes déjà lourds et désireux de se reposer, son dos endolori semblant lui hurler d’aller s’allonger. Chaque jour, elle était coincée dans cette routine lassante, ce cercle vicieux de fatigue dont elle semblait ne jamais pouvoir s’en sortir. Elle ne trouvait que très peu de réconfort dans son quotidien. Les lumières de la scène, les cris des fans déchaînés l’avaient attirée vers cette vie de célébrité, mais maintenant il lui semblait que ses journées entières étaient dédiées à écrire des chansons qui ne signifiaient rien pour elle, à forcer un sourire face à des producteurs et autres grands noms de l’industrie de la musique. Elle avait définitivement perdu cette passion, cette flamme qui l’avait poussée à vouloir devenir chanteuse. Il y avait du bon dans sa situation cependant. En tant que sirène immortelle, elle avait au fil des années pris le rôle d’une observatrice du monde plutôt qu’une de ses actrices. Devenir chanteuse lui avait permis de finalement avoir un réel impact sur le monde et sur les gens autour d’elle. Beaucoup de personnes, surtout des adolescents venaient la voir, lui expliquant tout l’impact positif qu’elle avait eu sur leur vie. Ça lui permettait de remplir un peu le vide dans sa vie, de se sentir vivante et utile ne serait-ce que pendant quelques instants.

C’était lors d’une autre de ces journées à la fois si vide et si fatigante que Danaé trouva sur sa terrasse une plume. C’était un évènement complètement insignifiant, mais trouver cette longue plume blanche au charme subtil lui réchauffait le cœur sans qu’elle sache vraiment pourquoi. Elle passa quelques minutes à la regarder, allongée sur son canapé, sans pouvoir s’empêcher de la voir comme un signe d’espoir. Quelques secondes plus tard, elle était endormie, rêvant doucement de ces jours passés où elle était libre face aux cieux infinis, libre de toucher les nuages et de s’envoler loin de toutes les attaches du monde d’en bas, libre et capable de braver le monde entier s’il le fallait.

Elle réalisa avec un sursaut que ce rêve lui avait probablement coûté une réunion avec son producteur. Quand on a un emploi du temps chargé, s’endormir au milieu de la journée n’est généralement pas quelque chose de très judicieux, et c’est donc dans un élan de panique qu’elle se releva, pris son ses affaires et enfila une casquette et des lunettes de soleil, son déguisement habituel. Elle attrapa ses clefs en passant, claqua la porte de son appartement et se mis à courir comme elle ne l’avait jamais fait avant. Elle était déjà à mi-chemin quand elle réalisa avec stupeur qu’elle était encore en pyjama. Elle refoula un juron avant de reprendre sa course contre la montre. Elle était probablement déjà bien trop en retard, mais elle voulait tout de même y aller pour le simple fait d’être présente.

Ses pieds marchaient un peu sur le bout de ses pyjamas, mais elle continuait tout de même à courir, les yeux rivés sur son objectif, complètement aveugle à ce qui l’entourait. C’est probablement pour ça qu’elle ne remarqua pas un homme sur son chemin, et lui rentra presque la tête la première dedans, tombant avec assez peu de grâce par terre. Elle reprit la casquette, tombée de sa tête tout en s’excusant :

« -Désolée ! Je suis un peu pressée je fais pas trop attention où je vais. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ERIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 581
Date d'inscription : 26/09/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une épée se transformant en chevalière / un pistolet semi-automatique avec des balles de bronze / un poignard en bronze céleste
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Jeu 9 Nov - 19:35


 

Feather


Matthew & Danaé




Matthew était fatigué. Très fatigué. Les traits tirés, les yeux cernés, il se traina hors de son lit. Il avait le corps lourd. Il ne se souvenait même pas de comment il avait fini dans son lit. Il se souvint vaguement s’être plongé dans un dossier – encore – puis qu’il avait fini par déprimer. Toujours à cause de la même chose. Il se soulait lui-même. C’était possible, ça ? Il en arrivait à un point où il ne se comprenait même plus. Las de tous ces questionnements qui le privaient de sommeil, las de ce poids constant, il avait l’impression de graviter dans le vide. De n’être que du vide. Chaque journée n’était qu’un éternel recommencement dont il ne voyait pas la fin.

C’était lors d’une de ses journées que Matthew se traîna sur la terrasse de son loft. Il eut l’impression un instant de dominer le monde. Les gratte-ciels s’étendaient à perte de vue, et les piétons grouillaient en dessous de lui, comme des fourmis qui n’ont qu’une hâte : toujours passer au jour suivant, sans profiter du présent. Mélancolique, il trouva cette idée triste. Il s’appuya sur la rambarde, à la recherche d’une quiétude qui lui semblait inaccessible. Ses mains se crispèrent. Il se sentait si vide. Sans espoir. Vaincu, il s’allongea sur le canapé, dans l’espoir de calmer les battements douloureux de son coeur. Puis, il entendit une douce musique résonner à ses oreilles. Il eut un sourire invisible à l’égard de son voisin, qui avait visiblement de bons goûts musicaux. Sans savoir d’où venait ce son si familier, il s’endormit, apaisé par la douce mélodie.

Il se réveilla en sursaut, avisant que cette chanson venait sans doute de lui faire manquer un entraînement avec les nouvelles recrues. Quand on a vie de Résistant, dormir en plein milieu de la journée n’est certainement pas une bonne idée. Ce fut donc dans un élan agacé qu’il sortit de chez lui avec précipitation. Il n’était vraiment pas doué. Il courut sur une bonne partie du chemin avant d’aviser sa tenue. Un costume froissé datant d’hier. Matthew ne mettait jamais de costumes. Il avait fait pourtant cet effort pour cet entretien professionnel. Il grimaça. Il ne pouvait pas entraîner quelqu’un dans cette tenue. Ce n’était pas décent. Il regarda sa chemise froissée – beaucoup trop cher, en passant - avec un soupir. Bon tant pis pour les moqueries qu’il essuierait. Il allait enfin révéler à la face du monde le petit bourge qu’il était. Il était trop tard pour faire demi-tour. Il reprit sa course effrénée, l’attention accaparée par son putain de costume. Puis, il fut brusquement arrêté par une masse qui le stoppa net dans sa course.

- Désolée ! Je suis un peu pressée je fais pas trop attention où je vais. 

Matthew allait répliquer avec un juron mais les mots s’échappèrent de sa bouche, volés par le passé dans lequel il se retrouva propulsé. Son cœur manqua un battement, et les souvenirs défilèrent dans tête à une vitesse folle. Il ne savait plus comment réagir, perdant totalement la face. Il se retrouva jeune garçon, découvrant les doux délices de l’amour. Les doux délices de l’amour et ses peines. Il se retrouva loin de toute sa vie actuelle, perdu dans un passé où son plus gros problème était son père qui lui mettait la pression. Un tout petit instant, il fut le Matthew d’avant, amoureux pour la première fois. Et la pensée qui le ramena au triste présent fut la chanson qui l’avait fait s’endormir. Soudain, il comprit, et le monde lui parut moins triste.

- And I, I hate to see your heart break…, chanta-t-il doucement.

Il chantait. Parce qu’il ne savait que dire. Parce qu’il était trop retourné par cette rencontre. Parce que c’est bien la dernière personne qu’il aurait pensé voir. Parce qu’il se rendait compte qu’elle lui avait manqué. Parce qu’elle lui rappelait pleins de bons souvenirs. Parce qu’il l’avait aimé…

- Je savais qu’il suffisait que tu y croies, Dany. Moi j’ai toujours cru en toi.



Code by Marcelo

_____________________________



le monde est un vaste temple dédié à la discorde

I can almost see it. That dream I am dreaming. But there's a voice inside my head saying. "You'll never reach it". Every step I'm taking. Every move I make feels. Lost with no direction. My faith is shaking. But I gotta keep trying. Gotta keep my head held high.


Dernière édition par Matthew Schaeffer le Dim 17 Déc - 22:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CREATURE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 156
Date d'inscription : 05/10/2017

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Jeu 23 Nov - 20:30

Feather

Matthew Schaeffer

I hate to see your heart break

 
C’était comme si la foudre l’avait frappée dans la forme d’une nostalgie acerbe. Elle ne connaissait que trop bien les yeux qui la fixaient, incrédules. Elle connaissait chaque nuance, chaque reflet de ce profond regard vert dans lequel elle s’était plongée tant de fois, elle connaissait la familiarité rassurante à la manière dont ses propres yeux vagabondaient sur ce visage droit, dont la peau commençait à être rongée par des années impitoyable et par une barbe grandissante mal rasée. Elle reconnaissait l’effet qu’avait ce regard de braise sur elle, la manière dont elle se sentait soudainement comme l’âme nue face au monde entier. C’est probablement parce qu’elle connaissait chacun de ces détails, de ces petits maniérismes qu’il avait, qu’elle remarqua immédiatement la teinte de tristesse dans ces yeux qui la fixaient, là où auparavant, il y a toutes ces années, elle ne voyait qu’optimisme et enthousiasme.

Danaé était figée sur place, incertaine quant au cours d’action à suivre. Pendant un instant, elle se sentait comme soulevée du sol, soulevée loin de ces problèmes qui la gardaient à terre et de cette fatigue qui paralysait ses mouvements. Le monde paraissait soudainement si coloré, plein d’énergie comme animé par une chanson joyeuse, plein de beauté et d’émerveillement dans lequel elle n’avait envie que de se plonger. Elle fut soudainement sortie de sa douce rêverie par une voix grave familière.

« - And I, I hate to see your heart break… »


Elle reconnaissait cette mélodie, ces paroles qu’elle avait écrites il y a toutes ces années, cette chanson qui signifiait tant pour elle, cette voix profonde et claire, et soudainement tout faisait plus de sens.

Matthew.

Il était là, en face d’elle, la noyant dans des souvenirs et des sentiments qu’elle croyait avoir oubliés, qu’elle avait fait de son mieux pour enfouir sous l’alcool et l’adrénaline. Et il chantait cette chanson qu’elle avait écrite en pensant à lui, sur le banc de Central Park où elle avait chanté pour lui la première fois. Elle ne put retenir le grand sourire qui poussait sur son visage, écrasant au passage toute la tension et le stress qu’elle avait accumulé. Avant même qu’elle ait le temps de répondre, il continuait :

« -Je savais qu’il suffisait que tu y croies, Dany. Moi j’ai toujours cru en toi. »

Avant même qu’elle réalise ce qu’elle faisait, ses bras étaient au cou de Matthew dans un éclat de rire, laissant à terre café et lunettes abandonnés. Elle se sentait bien contre lui, sa chaleur réconfortante semblait faciliter sa vie entière. Finalement, elle s’écarta un peu de lui. Elle le regarda avec un grand sourire.

« -C’est vrai, et je n’aurais probablement jamais réussi sans toi. »

Ayant complétement oublié le reste de sa vie, le rendez-vous pour lequel elle était en retard et la tenue pour le moins ridicule qu’elle arborait, elle se releva et tendit sa main vers Matthew pour l’aider à se relever à son tour. Elle sentait l’enthousiasme et l’énergie qui remontaient en elle, et elle avait à se retenir pour ne pas commencer à sautiller d’excitement.

« -Matthew ! C’est vraiment toi ! J’ai l’impression que ça fait une éternité que je t’ai pas vu. »


Son sourire s’effaça un peu lorsqu’elle se rappela de la pause de 13 ans dans leur contact, qui était principalement dû à son manque de courage.

« -J’aurais dû appeler. J’aimerais m’excuser pour ça tout de suite. » elle fit de son mieux pour retrouver son enthousiasme habituel. « Mais c’est comme si le destin nous avait réunis pour régler cette erreur ! Ca te dit un petit café ? »



J'ai fait un crackship What a Face

Revenir en haut Aller en bas


avatar

ERIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 581
Date d'inscription : 26/09/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une épée se transformant en chevalière / un pistolet semi-automatique avec des balles de bronze / un poignard en bronze céleste
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Dim 17 Déc - 22:00


 

Feather


Matthew & Danaé




Le temps sembla se suspendre. Il la fixait toujours. Il ne savait que dire. Il se plongea dans ces yeux qu’il connaissait par cœur. Il avait l’impression de se retrouver l’âme nue, devant Danaé. Toujours aussi identique que quand elle l’avait quitté. Elle n’avait pas pris une ride. Mais son regard avait changé. Elle avait l’air plus fatiguée. Plus triste. Comme si les années, à défaut de toucher son corps, avait touché son âme. Il chercha en elle le reste d’optimisme qu’il y avait autrefois.

Un grand sourire lui éclaira le visage, alors qu’il continuait de la regarder. Elle l’enlaça, alors qu’il était toujours sur le sol. Son rire clair réchauffa le cœur de Matthew et il se réfugia dans ses bras, humant cette odeur si familière, enfouissant son visage dans ses cheveux. Il se souvint d’à quel point la vie était facile avec elle. Son sourire s’élargit quand elle s’écarta de lui, le visage lumineux.

- C’est vrai, et je n’aurais probablement jamais réussi sans toi. 

Matthew n’était pas d’accord. Il avait l’intime conviction que Danaé réussissait tout ce qu’elle entreprenait. Et ce, tout simplement parce qu’elle avait du talent. Quand elle chantait, elle avait cette générosité qui faisait qu’elle était si célèbre. Il connaissait sa voix par cœur. Chaque intonation, chaque émotion. Elle n’avait qu’à chanter qu’une note pour que tous ses poils se dressent sur son corps. Il attrapa sa main pour se relever et ne put retenir un rire devant son excitation.

- Matthew ! C’est vraiment toi ! J’ai l’impression que ça fait une éternité que je t’ai pas vu.

Il vit le sourire de Danaé disparaître alors que tous deux replongeaient dans leurs treize ans d’années de séparation. Matthew mentirait s’il prétendait qu’il n’avait pas été blessé. Il lui en avait voulu de ne pas l’avoir appelé. Sa fierté l’empêchait de le faire et il s’était fait largué. Mais leur rupture avait été douce, et il savait qu’il ne pourrait jamais la détester quoiqu’elle fasse. Mais, il avait attendu ce putain de coup de fil qui n’était jamais venu.

- J’aurais dû appeler. J’aimerais m’excuser pour ça tout de suite.

Il avait été en colère, mais tout ceci était du passé. Il avait pardonné. Danaé devait être une des rares personnes à qui il savait pardonner, d’ailleurs. Pourtant, quand il la regardait, il ne ressentait aucune animosité. Juste du bien-être. Il lui sourit gentiment en la serrant doucement contre lui.

- C’est rien. On est là tous les deux maintenant.

Elle lui offrit un nouveau sourire et il préféra cela. Il n’avait pas envie de ressasser toutes leurs erreurs passées parce qu’il faudrait plusieurs jours à Matthew pour lui dire à quel point il avait viré du droit chemin. L’époque du jeune bénévole était révolue et il était désormais un assassin. Bref, autant ne pas ressasser.

- Mais c’est comme si le destin nous avait réunis pour régler cette erreur ! Ça te dit un petit café ? 

Il hocha la tête et lui ramassa ses lunettes qu’il lui remit délicatement sur le nez avant de la regarder et de rire avant de la taquiner gentiment :

- Tu t’apprêtais à un rendez-vous à la maison blanche habillée comme ça ?

Il rit un peu avant de lui attraper la main pour l’amener avec lui.

- Si j’en crois les gens qui s’arrêtent pour nous prendre en photo, et à moins que tu connaisses un café désert, je pense qu’on devrait plutôt aller chez moi.

Il regarda distraitement les personnes en question, un peu mal à l’aise. Il n’avait jamais été du style à aimer être pris en photo et il était convaincu que la célébrité ne lui irait pas. Et bien qu’il ne risquât pas d’être célèbre avec une simple photo, il n’avait tout de même pas envie de faire la une d’un magazine people.

- Désolé d’être aussi célèbre, ça m’arrive tout le temps.

Il la regarda quelques secondes tentant de garder son sérieux avant de sourire et de faire le chemin inverse jusqu’à son appartement. Il lui ouvrit la porte et l’accueillit dans son chez-lui avec un sourire. Il remercia Leslie, qui, en plus d’être une cuisinière remarquable, était d’une propreté exemplaire. Son appartement ressemblait à une pub pour un magasin de meubles. Son amie n’était pas là néanmoins, et l’appartement était vide. Il prépara à Danaé ce qu’elle avait l’habitude de boire. Il fut surpris de voir à quel point certains automatismes pouvaient revenir vite. Il lui posa la boisson fumante sur la table basse et s’assit sur le canapé à côté de la chanteuse.

- Tu as vraiment des tas de choses à me dire ! Pendant des années aucunes nouvelles et un matin, je me lève et je te vois à la télé ! Depuis, j’essaye de trouver des gens qui n’aime pas ta musique mais c’est peine perdue. Raconte-moi tout !


Code by Marcelo



Tu m'as fait un crackship, je t'ai fait un crackship Fio


_____________________________



le monde est un vaste temple dédié à la discorde

I can almost see it. That dream I am dreaming. But there's a voice inside my head saying. "You'll never reach it". Every step I'm taking. Every move I make feels. Lost with no direction. My faith is shaking. But I gotta keep trying. Gotta keep my head held high.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CREATURE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 156
Date d'inscription : 05/10/2017

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Jeu 21 Déc - 8:06



Feather
Danaé & Matthew

«Drifting away like a feather in air
Letting my words take me away from the hurt and despair
So I'm keeping it vertical forever elevator
Riding the escalator to the something that is greater »

Il y avait quelque chose d’étrange dans le sourire de Matthew. Comme si ses lèvres n’étaient plus habituées à cette expression, comme si le simple fait de rire revenait à dépoussiérer une antiquité du passé. Et même dans cette apparente joie, elle ne pouvait s’empêcher encore et toujours de revenir à cette teinte de tristesse. Mais elle ne laissait pas ce détail l’arrêter, au contraire. C’est face à l’adversité et à la tristesse des gens qu’elle était au meilleur d’elle-même, et qu’elle était motivée à redoubler d’enthousiasme et de joie de vivre. Il la serra dans ses bras et elle se laissa de nouveau aller à la rêverie, porté par son odeur si familière même après 13 ans. Ils avaient pris quelques instants pour se remettre de leurs émotions et de leur chute, et il plaça dans un geste tendre les lunettes de Danaé sur son nez. C’était un geste plutôt simple, mais il lui réchauffa le cœur. C’était toujours un homme au grand cœur, même s’il ne l’admettrait probablement jamais.

« Tu t’apprêtais à un rendez-vous à la maison blanche habillée comme ça ? »

Elle jeta un coup d’œil à sa tenue et éclata de rire. Elle prit une expression sérieuse, le regard droit et la bouche entrouverte et posa ses mains sur ses hanches, imitant une mannequin qu’on prendrait en photo.

« C’est le nouveau style à la mode que toutes les stars portent. Suis un peu les tendances, Matthew, s’il te plaît. »

Elle tenta de garder son sérieux un instant, mais ne pu se retenir de pouffer après quelques secondes.

« Si j’en crois les gens qui s’arrêtent pour nous prendre en photo, et à moins que tu connaisses un café désert, je pense qu’on devrait plutôt aller chez moi. »

Danaé en avait presque oublié le rameutement qui avait commencé à se former autour d’eux, accompagné de quelques flashs auxquels elle était tristement accoutumée. Elle ne voulait absolument pas que Matthew se retrouve impliqué dans tout ça, il n’était définitivement pas le type de personne qui gérerait bien ce genre de situation. Elle se tourna vers lui avec un sourire :

« J’ai une petite astuce pour les distraire le temps qu’on s’échappe. »

Elle observa les alentours et repéra un petit chat en train de jouer dans un coin de la rue. Elle pointa son doigt vers lui, et immédiatement le son qui en émanait devint extrêmement bruyant, de sorte qu’il fit sursauter toutes les personnes aux alentours, attirant immédiatement leur attention. Profitant de ce bref moment d’anonymat, elle saisit le bras de Matthew pour courir disparaître au détour d’une rue. Elle prit un instant pour être sûr que personne n’avait remarqué leur escapade et se retourna vers lui avec un grand sourire, sa main levée les doigts en V.

« Désolé d’être aussi célèbre, ça m’arrive tout le temps. »


Elle éclata de rire et réplica d’un air joueur:

« Jcomprends, un homme avec une chemise aussi froissée que la tienne, ça se voit pas tous les jours. «

Ils arrivèrent finalement au domicile de son ami. Elle ne le reconnaissait pas, il avait probablement déménagé depuis. Dommage, elle se serait plu à avoir un petit voyage de nostalgie. Elle se contenta d’observer avec une admiration silencieuse la propreté de l’endroit, digne d’une chambre de présentation Ikéa. Connaissant Matthew, c’était probablement quelqu’un d’autre qui en était responsable. Petite amie peut-être ? Elle ne pouvait s’empêcher d’être habitée d’une curiosité rongeante sur cet aspect, mais il était peut-être encore un peu trop tôt pour commencer à le bombarder de questions personnelles. Elle erra donc un peu dans le salon, observant chaque petit détail, cherchant à retrouver des aspects de sa vie qu’elle reconnaîtrait, peut-être pour confirmer qu’il était bien la même personne qu’elle connaissait auparavant. Après tout, elle avait encore ce sentiment étrange que quelque chose en lui avait changé, hormis l’usure et les plis naissants de sa peau. Elle finit enfin par aller s’installer dans le canapé, attendant son ami qui était parti préparer elle ne savait quoi dans la cuisine. Il arriva enfin, une tasse de chocolat chaud dans ses mains. Un grand sourire poussa sur les lèvres de Danaé, touché par cette petite pensée de Matthew qui se rappelait visiblement bien de ce qu’elle aimait. Elle acquiesça avec une petite moue approbatrice avant de le remercier. Il s’assit à côté d’elle et lui demanda :

« Tu as vraiment des tas de choses à me dire ! Pendant des années aucunes nouvelles et un matin, je me lève et je te vois à la télé ! Depuis, j’essaye de trouver des gens qui n’aime pas ta musique mais c’est peine perdue. Raconte-moi tout ! »

Elle sourit, les yeux rivés sur le sol. La sirène semblait légèrement hésitante, mais elle répondit finalement :

« Honnêtement, les premières années étaient vraiment très très difficiles. Je crois que même chanter ne me motivait pas vraiment. J’étais dans les rues avec des gens hmm… assez peu recommandables on va dire. Et un jour je sais pas. C’est comme si le feu en moi s’était rallumé et j’ai retrouvé la motivation de faire des choses constructives de ma vie. Donc il y a 10 ans maintenant j’ai commencé à sérieusement m’impliquer dans ma musique. Et c’était… wow c’était vraiment putain de difficile maintenant que j’y repense. »

Elle ne put s’empêcher un petit rire, teinté peut-être d’un peu de tristesse en y repensant. Elle se tourna vers lui avec un sourire mélancolique :

« Ça fait bizarre de me dire qu’après tout ça j’ai réussi à arriver ici. Tu sais des fois j’allais me coucher en pleurant, convaincue que j’étais une merde incapable de réussir. Mais j’avais toujours cette petite voix au fond de ma tête qui me motivait, qui croyait en moi. C’était ta voix, Matt. »

Elle rit de nouveau, comme pour faire paraître ça plus naturel. Après tout, raconter des choses personnelles à quelqu’un à qui elle parlait si peu souvent n’était pas réellement dans les normes sociales. Elle secoua la tête, un peu gênée.

« Désolée, je devrais pas te raconter tout ça, c’est vraiment pas hyper glamour comme histoire de célébrité. »

Elle reprit son sourire rayonnant habituel et continua avec enthousiasme :

« Et toi du coup Matt ! Moi on sait tous ce que je fais, c’est ennuyant, je chante blabla super, mais toi j’ai vraiment aucune idée de ce que tu fais maintenant. Toujours destiné à reprendre l’entreprise de papa ? Ton chocolat chaud est vraiment bon d’ailleurs, exactement comme je l’aime. »

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ERIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 581
Date d'inscription : 26/09/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une épée se transformant en chevalière / un pistolet semi-automatique avec des balles de bronze / un poignard en bronze céleste
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Dim 31 Déc - 17:17


 

Feather


Matthew & Danaé



Danaé gardait le regard obstinément rivé sur le sol. Il ne se souvenait pas l’avoir vu ainsi. A ses yeux, son amie était la joie de vivre, l’optimisme… Toutes ces choses qu’il n’était pas, et qui l’avaient séduites. Quand ils étaient ensembles, il suffisait à la sirène un regard pour que la mauvaise humeur du fils d’Eris fondent comme neige au soleil et qu’il retrouve le sourire. Il aimait la lumière qui brillait dans ses yeux. Sauf qu’aujourd’hui, il ne la retrouvait plus, cette lumière.

- Honnêtement, les premières années étaient vraiment très très difficiles. Je crois que même chanter ne me motivait pas vraiment. J’étais dans les rues avec des gens hmm… assez peu recommandables on va dire. Et un jour je sais pas. C’est comme si le feu en moi s’était rallumé et j’ai retrouvé la motivation de faire des choses constructives de ma vie. Donc il y a 10 ans maintenant j’ai commencé à sérieusement m’impliquer dans ma musique. Et c’était… wow c’était vraiment putain de difficile maintenant que j’y repense. 

Elle eut un petit rire triste et Matthew eut un pincement au cœur. Il avait toujours pensé – non, il avait plutôt toujours espéré – que Danaé, les années où il n’avait plus du tout entendu parlé d’elle, aurait juste eu une vie normale, sans soucis. Qu’elle lui dise qu’elle avait eu du mal, que sa vie avait été compliquée lui faisait mal. Il aurait aimé qu’au moins un d’eux deux parviennent à être heureux. Il avait toujours pensé que c’était le cas pour elle. Il la voyait, resplendissante sur scène. Sauf qu’à présent qu’elle était dans son salon, accompagnée de son petit sourire triste, il savait que ce n’était qu’une illusion. A croire que le bonheur n’était qu’une illusion.

- Ça fait bizarre de me dire qu’après tout ça j’ai réussi à arriver ici. Tu sais des fois j’allais me coucher en pleurant, convaincue que j’étais une merde incapable de réussir. Mais j’avais toujours cette petite voix au fond de ma tête qui me motivait, qui croyait en moi. C’était ta voix, Matt. 

Ce fut à son tour de baisser le regard pour aller fixer la table basse. Il se sentait nul. Il aurait dû l’appeler, toutes ces fois où il hésitait à le faire. Il n’avait pas la prétention de dire qu’il aurait pu changer cette partie de sa vie, mais il aurait pu l’aider. L’aider concrètement. L’idée qu’elle pense être une merde le révoltait car si elle l’était, alors ils l’étaient tous. Il avait juste perdu les pédales. Encore aujourd’hui, après tout ce qu’elle venait de lui dire, il niait. Il niait le fait qu’elle soit malheureuse. Il avait compris, le jour de leur rupture, qu’elle n’était pas encore guérie du deuil de son pirate. Qu’il avait été un pansement, mais qu’il ne serait jamais le trou qui comblerait son cœur. Il avait appris à le comprendre. Mais, il s’était plu à croire qu’elle avait guérie. Que l’atteinte de son rêve l’avait guérie. Il se rendait hélas compte que non. Ils étaient tous les deux aussi détruits l’un que l’autre, chacun à leurs manières.

- Désolée, je devrais pas te raconter tout ça, c’est vraiment pas hyper glamour comme histoire de célébrité. Et toi du coup Matt ! Moi on sait tous ce que je fais, c’est ennuyant, je chante blabla super, mais toi j’ai vraiment aucune idée de ce que tu fais maintenant. Toujours destiné à reprendre l’entreprise de papa ? Ton chocolat chaud est vraiment bon d’ailleurs, exactement comme je l’aime.

Le sourire qu’elle lui adressa était de nouveau rayonnant, mais il ne savait plus s’il devait croire à cette façade. Il ne savait plus s’il voulait y croire. Il décida de lui rendre la pareille et lui offrit un sourire amusé, en fixant la tasse encore fumante.

- Des années d’entraînement.

Gêné, il n’avait pas vraiment de lui raconter sa vie. Il aurait mieux voulu mentir. Mais, quelque chose dans le regard de son amie lui intimait de dire la vérité. Comme si elle pouvait le percer à jour. Comme si elle l’avait déjà percé à jour. Il ne pouvait lui mentir. Il ne le voulait même plus.

- Je gère l’entreprise par intérim, le temps qu’Allisha, ma cousine, soit en âge de le faire. Et je suis vraiment nul ! Je me perds dans tous les dossiers, tous les chiffres, tous les salaires… Et je déteste ça aussi !

Il rit un peu. Elle connaissait sa désorganisation et comment il devait compliquer pour lui d’être à son poste.

-  Crois-moi que je ne le fais que par obligation… Heureusement que je ne dois le faire que pendant quelques années…

Il fuyait la véritable conversation en se réfugiant dans des détails sans importance mais il ne savait pas par où commencer. Parler de l’entreprise était tellement plus facile. Plus facile que de parler du reste. Il releva les yeux vers elle et plongea le regard dans le sien.

- En fait… Ma vie a un peu foutu le camp. Quelques mois après notre rupture, j’ai découvert que j’étais un demi-dieu… Si tu ne m’avais pas dit que ce monde existait, je ne l’aurais sûrement jamais cru… J’étais même excité, tu te rends compte ? J’étais naïf. Je… J’ai découvert pleins de choses moins cool… Les monstres, les guerres… Les morts. Dany… j’ai fait n’importe quoi…

Il hésita. Il ne voulait pas qu’elle change de regard. Et pourtant, s’il lui disait tout le mal qu’il avait fait… Elle partirait sûrement sans même un regard en arrière.

- Il y a eu l’invasion de Chronos à New York, tu as dû en entendre parlé… Mes parents ont fait partie des victimes. J’ai pété les plombs… Je ne peux pas te dire ce que j’ai ressenti. Je voulais me venger ! Je veux me venger ! Mais… peut-être que j’ai franchi la ligne. Non c’est sûr même… J’ai découvert un autre moi… Qui prenait son pied à faire souffrir des gens… C’est autre-moi… il est toujours là tu sais. Je le sens.

Il se tut et un lourd silence flotte dans l’air.

- Pardon… J’aurais pas dû te dire tout ça. C’est con et pas franchement agréable comme retrouvailles.

Il eut un rire nerveux, incapable de la regarder en face. Il fallait qu’il change de sujet. Se confier avait été une idée stupide. Ne trouvant pas mieux, il releva les yeux vers elle, se força à faire un sourire moqueur et dit :

- Alors ? La célébrité a au moins eu le mérite de mettre tous les mecs à tes pieds ?


Code by Marcelo

_____________________________



le monde est un vaste temple dédié à la discorde

I can almost see it. That dream I am dreaming. But there's a voice inside my head saying. "You'll never reach it". Every step I'm taking. Every move I make feels. Lost with no direction. My faith is shaking. But I gotta keep trying. Gotta keep my head held high.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

CREATURE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 156
Date d'inscription : 05/10/2017

Feuille de Personnage
Arme(s):
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Jeu 4 Jan - 7:54



Feather
Danaé & Matthew

« DRIFTING AWAY LIKE A FEATHER IN AIR
LETTING MY WORDS TAKE ME AWAY FROM THE HURT AND DESPAIR
SO I'M KEEPING IT VERTICAL FOREVER ELEVATOR
RIDING THE ESCALATOR TO THE SOMETHING THAT IS GREATER »

Le regard de Danaé se voulait confiant, rassurant, comme pour prouver à Matthew que tout allait bien, qu’elle était bien la même fille passionnée et enthousiaste. Elle tentait de lui vendre un mensonge, de le convaincre d’une illusion. Mais elle était trahie par les coins de son sourire, imperceptiblement tremblotants, et la teinte de désespoir dans son regard. Elle était désespérée, désespérée de retrouver en Matthew cette étincelle qu’il y avait avant, qui avait réussi à lui faire croire pendant quelques moments furtifs que même au milieu de ces siècles de tourment le bonheur était possible. À la place de l’espoir, elle trouvait une preuve de plus de la cruauté de la vie. Une autre âme corrompue, un autre cœur souffrant. Les yeux de Danaé s’étaient faits implorant pendant un instant, chaque seconde de silence un poids de plus sur ses épaules. Finalement, la joie se décida à se remontrer. Matthew lui répondit avec un sourire :

Des années d’entraînement.

Et avec cette simple remarque, elle se sentait mieux. C’était simple, mais positif. Un peu drôle. Une touche d’optimisme dispersant cette ambiance pesante. Malgré tout, malgré ses efforts pour sourire et rester positive et ceux de Matt pour égayer l’atmosphère, les regrets entre eux étaient palpables. Pas des regrets romantiques, mais des regrets quant au support qu’ils auraient pu, non, qu’ils auraient dû se donner l’un envers l’autre. Mais l’erreur est humaine, n’est-elle pas ? Tout comme l’oubli, tout comme la peur de la confrontation, tout comme le doute. Tout comme ces sentiments, ces mille-et-une faiblesses qui nous tourmentent qui nous empêchent de faire les bonnes décisions. Danaé avait pardonné Matthew de ne pas l’avoir contactée, sa misère n’avait été ni sa faute ni sa responsabilité. Elle ne pouvait qu’oser espérer qu’il avait fait de même.

Je gère l’entreprise par intérim, le temps qu’Allisha, ma cousine, soit en âge de le faire. Et je suis vraiment nul ! Je me perds dans tous les dossiers, tous les chiffres, tous les salaires… Et je déteste ça aussi !

Elle éclata de rire. Matthew, avec sa barbe mal rasée, ses yeux de chien battu et sa chemise froissée, chef d’entreprise ? Il avait définitivement la carrure d’un leader, mais manquait de la rigueur d’un patron. Elle le regarda tendrement. Il avait changé, c’était évident. Mais il avait toujours le même cœur, la même âme. Une âme bonne.

Crois-moi que je ne le fais que par obligation… Heureusement que je ne dois le faire que pendant quelques années… En fait… Ma vie a un peu foutu le camp. Quelques mois après notre rupture, j’ai découvert que j’étais un demi-dieu… Si tu ne m’avais pas dit que ce monde existait, je ne l’aurais sûrement jamais cru… J’étais même excité, tu te rends compte ? J’étais naïf. Je… J’ai découvert pleins de choses moins cool… Les monstres, les guerres… Les morts. Dany… j’ai fait n’importe quoi…

Il lui fallut quelques instants muets pour que l’information l’atteigne réellement. Et finalement, elle ne la surprit pas tant que ça. Elle ne se laissait plus prendre de court par les cruelles surprises que le destin lui réservait, la manière avec laquelle il semblait se jouer des vies comme de vulgaires marionnettes. Elle avait depuis longtemps appris que les coïncidences n’existaient pas, que l’innocence n’était qu’une illusion. La vie était une tragédie dont ils étaient tous les malheureux acteurs, hantés par des histoires macabres à l’écriture médiocre. L’univers avait un sens de l’humour cruel, à jeter sur des hommes innocents comme Matthew des fardeaux aussi lourds que les siens. C’est la première chose qu’elle se dit, que Matthew ne méritait pas de faire partie de ce monde grec si lugubre et sans espoir.

Il y a eu l’invasion de Chronos à New York, tu as dû en entendre parler… Mes parents ont fait partie des victimes. J’ai pété les plombs… Je ne peux pas te dire ce que j’ai ressenti. Je voulais me venger ! Je veux me venger ! Mais… peut-être que j’ai franchi la ligne. Non c’est sûr même… J’ai découvert un autre moi… Qui prenait son pied à faire souffrir des gens… C’est autre-moi… il est toujours là tu sais. Je le sens.


Et quand elle pensait que c’était impossible, tout était devenu pire en quelques mots. Elle comprenait enfin cette lueur dans le regard de Matthew qui l’avait rendue perplexe auparavant. C’était probablement une fracture, le signe du regard d’un homme brisé, un homme face au mur incapable de le franchir autrement qu’en le détruisant avec de la force brute. Elle ne l’aurait jamais imaginé auparavant, mais maintenant elle n’avait aucun problème à visualiser Matthew comme une brute sanguinaire. Elle pouvait presque voir ses mains ensanglantées et un sourire vicieux se dessiner sur son visage. Elle le connaissait si bien, et ça paraissait juste cohérent. Elle avait un peu peur, pour dire vrai, peur pour lui, peur qu’il se soit perdu dans ce côté sanguinaire qu’il s’était découvert. Mais avant tout, elle maudissait le monde et sa cruauté, sa perversion d’un homme bon, les circonstances qui l’avaient emmené là où il en était. Elle n’en voulait pas à Matthew et croyait toujours en sa bonté, mais elle était bien perdue quant à la réaction qu’elle devait avoir, incapable de faire plus que ressentir une immense frustration. Elle le regardait, caressant son visage d’un regard inquisiteur, cherchant dans les yeux de son ami une réponse, ou peut-être une trace d’espoir qu’elle pourrait utiliser pour lui venir en aide.

Pardon… J’aurais pas dû te dire tout ça. C’est con et pas franchement agréable comme retrouvailles.

Il fut pris d’un rire un peu jaune, semblant au moins aussi déconcerté qu’elle ne l’était. Elle le regarda d’un sourire triste, désolé. Danaé était sincèrement désolée de ne pas être capable d’aider sa souffrance, ou d’avoir été incapable de la prévenir.

Alors ? La célébrité a au moins eu le mérite de mettre tous les mecs à tes pieds ?

La sirène lui répondit avec un grand sourire sincère. Il semblait véritablement gêné par ce côté sombre en lui, preuve de ses bonnes intentions. Elle lui répondit, toujours souriante :

Pffttt ouais tu parles… Surtout des grosses merdes qui veulent juste profiter de ma célébrité et de mon argent, ou des groupies. Je suis sortie avec deux-trois personnes ces 10 dernières années mais euh… Pas des super personnes on va dire. D’ailleurs c’est fou, je crois que je suis incapable de rencontrer des gens qui ne font pas partie du monde mythologique, tous mes exs en font partie. Et ça fait bien des siècles que j’existe. Ça fait beaucoup d’exs, Matthew, je sais pas si tu te rends compte.

Elle rit un peu. Mieux valait en rire qu’en pleurer, après tout. Elle le regarda un instant, hésitante. Elle voulait l’aider, lui tenter la perche vers une éventuelle possibilité de rattrapage moral, mais ne savait réellement pas comment procéder. Elle se décida à se pencher un peu pour lui caresser gentiment le bras.

Mais Matt, j’aime beaucoup nos retrouvailles pour l’instant. J’espère vraiment que si tu as besoin de quoi que ce soit de ma part, de parler, de conseils ou d’une petite chanson, tu sauras venir me demander. Vraiment. J’ai confiance en toi, je sais que t’es une bonne personne. 13 ans c’est beaucoup, mais pas assez pour t’empêcher la rédemption.

Elle se repencha dans son fauteuil, et continua avec un enthousiasme mal dissimulé :

Mais du coup t’es un demi-dieu ! Dis-moi tout, ton parent divin tes pouvoirs et tout ! Moi j’adore les demi-dieux, vous êtes un peu comme des pokémons, avec vos pouvoirs marrants tous un peu différents.

Elle éclata de rire avant de reprendre.

Mais sinon, et toi ? Quelques histoires romantiques juteuses que j’ai envie de connaître ?
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas


avatar

ERIS

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 581
Date d'inscription : 26/09/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une épée se transformant en chevalière / un pistolet semi-automatique avec des balles de bronze / un poignard en bronze céleste
Familier(s):
Objet(s):

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew Mer 31 Jan - 22:18


 

Feather


Matthew & Danaé



Matthew avait conscience d’avoir jeté un froid sur eux. Mais le regard tendre dont le couvait Danaé eut le mérite de le faire sourire. Elle voyait toujours le bon chez les autres. Elle ne se rendait même pas compte d’à quel point cette qualité était rare. Danaé était le genre de femme qui était une si bonne personne qu’elle ne savait même pas à quel point elle était géniale. Il avait du mal à comprendre comment elle pouvait le regarder ainsi, après tout ce qu’il lui avait dit. Mais bientôt, cette tendresse qu’il voyait dans ses yeux disparut, au fur et à mesure qu’il parlait. Et bientôt, il n’y resta plus que de la frustration et de la peur. Et Matthew eut l’impression de faire une longue chute interminable dans le gouffre du désespoir qu’offrait à présent son cœur. Elle avait compris la brute sanguinaire qu’il était devenu. Et elle avait peur. Peur de lui ? Peur de ce qu’il était devenu ? Il n’en savait rien, mais il savait que c’était insupportable. Insupportable de voir que Danaé, qui était presque à elle seule le symbole de son passé, puisse voir l’étendu de ce changement. Insupportable de voir qu’une personne aussi gentille que Danaé puisse comprendre le monstre qu’il était devenu. Il ne voyait pourtant aucune trace de déception chez Danaé. Comme si, même si c’était terrifiant, elle ne lui en voulait pas. Il faut dire qu’il ne connaissait pas une personne dans ce foutu monde grec qui allait bien. L’Univers était tellement destructeur. Il n’avait pas échappé à la règle. Il pensait qu’il serait plus fort. Il s’était fait battre. Laminé. Détruit.

Elle lui jeta un regard inquisiteur et il ne sut pas vraiment comment l’interpréter. Cherchait-elle en lui l’ancien Matthew ? Peine perdue, il était mort. Il n’en restait pas un vestige. Il était mort progressivement. Au fil des coups durs. Au fil de ses erreurs. Il songea à la première personne qu’il avait tué. A la culpabilité cuisante qu’il avait ressenti. Au cauchemar qu’il en avait fait. Depuis quand cette culpabilité avait disparue ? Il supposait que c’était à ce moment-là que le Matthew, un peu fils à papa, innocent bien qu’un peu prétentieux, était mort. Au moment où tuer était devenu une chose normale. Si Danaé se raccrochait à l’espoir de le retrouver au fond de son âme, alors, elle serait une énième personne qu’il décevra. A la place de toutes paroles, elle lui offrit un sourire. Un sourire triste. Et pourtant, il lui réchauffa le cœur. Un regard, un sourire, peut dire tellement plus qu’une phrase que tout le monde sort faute de mieux. A travers le visage de Danaé, il comprit tout le réconfort qu’elle voudrait lui apporter, bien que ce fût bien trop tard. Et il se sentit vraiment mieux. La sirène était une des rares personnes avec qui il n’avait pas honte de se mettre l’âme nue. Et pourtant, il ne l’avait pas vu depuis une dizaine d’année. Pourtant quelqu’un de très méfiant, il n’était pas surpris. Il avait eu un lien très fort avec Danaé. Elle avait laissé sur son cœur une trace indélébile. Et étonnement, c’était une belle trace. Elle était la seule relation avec qui ça n’avait pas fini dans les larmes et le sang. Il finit par choisir un sujet plus léger et elle lui offrit un grand sourire, dénué cette fois-ci de nostalgie, de regret ou de désolation.

- Pffttt ouais tu parles… Surtout des grosses merdes qui veulent juste profiter de ma célébrité et de mon argent, ou des groupies. Je suis sortie avec deux-trois personnes ces 10 dernières années mais euh… Pas des super personnes on va dire. D’ailleurs c’est fou, je crois que je suis incapable de rencontrer des gens qui ne font pas partie du monde mythologique, tous mes exs en font partie. Et ça fait bien des siècles que j’existe. Ça fait beaucoup d’exs, Matthew, je sais pas si tu te rends compte.

Matthew rit un peu. Il comprenait parfaitement. Il n’avait pas vécu des siècles et des siècles, et pourtant, toutes ses relations étaient plus ou moins liées au monde mythologique. De Chioné avec qui il avait eu une fille à la chasseresse qui lui avait mis un râteau dans la forêt. Il ne comprenait pas comment il pouvait être aussi malchanceux et visiblement, Danaé était dans cette même situation. Il vit qu’elle essayait de le réconforter et il lui en était infiniment reconnaissant mais il était gêné de s’être étalé sur ses problèmes. Il fallait qu’il redevienne le Matthew solide et fort. Elle se pencha vers lui et lui caressa un peu le bras.

- Mais Matt, j’aime beaucoup nos retrouvailles pour l’instant. J’espère vraiment que si tu as besoin de quoi que ce soit de ma part, de parler, de conseils ou d’une petite chanson, tu sauras venir me demander. Vraiment. J’ai confiance en toi, je sais que t’es une bonne personne. 13 ans c’est beaucoup, mais pas assez pour t’empêcher la rédemption. 

Il s’enferma dans le silence. Une rédemption ? C’était impossible. Il était si fatigué de se battre contre lui-même. Il voulait juste pouvoir s’endormir le soir, en étant sûr que le lendemain serait beau. Qu’il ne tuerait personne. Qu’il ne ressentirait aucune rancune. Mais c’était impossible. Il devrait toujours continuer de se battre contre la part d’ombre qui sommeillait en lui. Peu importe sa lassitude. Peu importe sa fatigue. Il plongea son regard dans celui de son ex et sourit avant de dire :

- J’en ai jamais douté. Merci Dany.

Elle se renfonça dans son fauteuil et lui dit d’un ton plus enthousiaste, comme si elle avait ces questions sur le bout de la langue depuis un certain temps.

- Mais du coup t’es un demi-dieu ! Dis-moi tout, ton parent divin tes pouvoirs et tout ! Moi j’adore les demi-dieux, vous êtes un peu comme des pokémons, avec vos pouvoirs marrants tous un peu différents. Mais sinon, et toi ? Quelques histoires romantiques juteuses que j’ai envie de connaître ?

Matthew éclata de rire devant cette avalanche de question. Il reconnaissait bien là, la curiosité presque enfantine de la sirène. Il lui sourit et dit :

- Si je me concentre, tu ne sauras plus chanter. Un jongleur ne saura plus jongler, enfin bref t’as compris le truc. Ça marche même avec les pouvoirs des autres demi-dieux. Sinon je peux semer la discorde dans ton cœur et te pousser à exprimer la noirceur qu’il y a dans ton cœur. Bref, pas des pouvoirs très utiles pour faire le bien mais en même temps ma mère c’est Eris.

Il rit un peu. Ce n’était clairement pas la mère du siècle, mais il s’était assez lamenté sur son sort. Il valait mieux en rire qu’en pleurer. Il songea un instant à Megara, qu’il avait détruite en essayant de la sauver. Puis à Pandore qu’il ne savait pas comment aimer. Il songea à tous ses échecs. Tout le mal qu’il avait fait à ces deux femmes. La haine qu’elle ressentait pour lui. Alors il dit :

- Côté filles, y’a rien de bien sérieux.

Il sourit en s’affalant un peu sur le canapé. Il préférait fuir cette discussion. C’était un autre pan de sa vie qu’il détestait. Sa vie amoureuse était un désastre. Il en avait marre de parler de lui, alors il plongea à nouveau son regard dans celui de son amie et lui attrapa doucement la main :

- Dany, tu es là pour moi, et je le sais. Mais la réciproque est vrai. Depuis tout à l’heure, tu me souris, tu ries. Tu me réconfortes même. Mais je te connais bien. Même après toutes ces années. Tu ne vas pas bien hein ?


Code by Marcelo

_____________________________



le monde est un vaste temple dédié à la discorde

I can almost see it. That dream I am dreaming. But there's a voice inside my head saying. "You'll never reach it". Every step I'm taking. Every move I make feels. Lost with no direction. My faith is shaking. But I gotta keep trying. Gotta keep my head held high.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Feather ft Matthew

Revenir en haut Aller en bas

Feather ft Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Matthew "Matt" Williams
» Feather, un oiseau haut en couleur !
» Questions sur Gossip Feather
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Filiorum ex Deorum :: 
RPG ~ Le monde des Mortels
 :: New York
-