La salle d'attente (ft. Myria )
Filiorum ex Deorum
Bonjour et bienvenue sur Filiorum ex Deorum ! Inspiré des romans de Rick Riordan, ainsi que des films, le forum reprend la saga Percy Jackson. Viens vite nous rejoindre, qu'est ce que tu attends ? ♥️



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Filiorum ex Deorum Invité ♥ !
Les nouveautés du mois d'avril sont par ici ! ♥
La Résistance est réouverte!
Mettez-vous sur votre 31 et venez participer au concours d'avatars spécial tapis rouge, juste ici ! ♥
Les groupes à privilégier sont: les Chasseresses, les Créatures et les Mortels ! ♥

Partagez| .

La salle d'attente (ft. Myria )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

ARES

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 688
Date d'inscription : 06/08/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une courte épée en bronze céleste et un bâton qui se rétracte en chevalière. Le bâton s'enflamme et est fait de métal hybride.
Familier(s): Un chat qu'il a appelé Don Juan
Objet(s):

MessageSujet: La salle d'attente (ft. Myria ) Sam 6 Jan - 1:57



La salle d'attente
Damon & Myria

« Winter is coming »
L’hiver se faisait long. Le soleil peinait de plus en plus à réchauffer la ville, réticent dans ses apparitions. La neige étouffait de plus en plus la ville de son manteau, ralentissant les transports et trajets et forçant la population à battre en retraite vers leur maison. Damon n’en était pas dérangé plus que ça. Venant des terres froides du Canada, il avait l’habitude de cette période où tout était froid, blanc et sans vie. Il s’y plaisait même, il aimait être le seul à arpenter les rues de glace, à perdre son regard dans ce ciel gris d’où tombaient les flocons. Mais cet hiver là était long. Il était long et paralysant, avare en bons moments. Le jeune garçon sentait son énergie drainée par ces longs mois froids. De plus, sa vie semblait être à un carrefour : nouveau travail, nouveaux amis, un moment de répit incertain dans le combat de la résistance contre la colonie, des sentiments étranges pour sa meilleure amie. Tout bougeait à la fois si vite et si lentement. Les enjeux étaient nombreux mais n’avançaient pas.

C’est donc dans un état d’incertitude émotionnel qu’il se trouvait, attendant patiemment sa patronne dans la salle d’attente de leurs bureaux. Il travaillait avec elle depuis quelques mois maintenant, et la situation n’aurait pas pu être meilleure. Le travail était parfait, demandant intellectuellement, mais à la fois suffisamment facile pour qu’il ne s’en lasse pas. Et il était épris d’admiration et d’affection pour sa patronne, la respectable Amelia Shelldove, aussi belle qu’intelligente et majestueuse. Il s’occupait de ses papiers, de son café, de ses massages, bref de tout ce qui pourrait indisposer la femme d’affaire. Ce n’était pas le plus glamour des métiers, mais ça lui avait permis un petit voyage en France qui était loin de lui avoir déplu. Ce jour-là, il était arrivé un peu en retard, son alarme lui ayant fait défaut. Ce n’était pas à son habitude, le jeune garçon prenait fierté en sa ponctualité légendaire, mais des accidents se produisent. De plus, il semblait que le destin jouait en sa faveur ce jour-là, puisqu’Amelia semblait également en retard.

Il tapotait la couverture du livre qu’il lisait d’une manière presque méthodique, probablement sans remarquer à quel point c’était bruyant tant il était perdu dans ses pensées. Il n’était pas du genre à se laisser aller par le flot de son imagination, mais la situation de sa vie l’obligeait presque. Il se sentait coincé, il avait besoin de parler. À quelqu’un de nouveau, de préférence. C’est alors que, presque comme si le destin avec guidé ses yeux, son regard tomba sur des cheveux orange feu. C’était une jeune fille qui semblait attendre tout comme lui, le visage fin et les yeux innocents. Elle avait le port droit, le menton levé. Elle semblait définitivement bien éduquée et avait une aura presque royale qui émanait d’elle. Avec un petit sourire, il alla s’assoir à côté d’elle :

« Bonjour mademoiselle. S’il vous plaît, n’hésitez pas à me renvoyer de la manière la plus brutale possible dès que je suis de trop. Je m’appelle Damon, et je commençais à m’ennuyer à attendre tout seul, que diriez-vous de patienter ensemble ? »
(c) DΛNDELION

_____________________________


they wanna see me dead but i'm looking like a god

"you burn, you always do. "



Dernière édition par Damon Evander le Lun 15 Jan - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

HARMONIE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 135
Date d'inscription : 30/10/2017
Age : 21

Feuille de Personnage
Arme(s): Une rapière et une dague
Familier(s): Un husky sibérien qui se nomme Ragna
Objet(s):

MessageSujet: Re: La salle d'attente (ft. Myria ) Dim 7 Jan - 22:27




Winter is here


Damon et Myria



L'hiver est là.

Il revient toujours, remplaçant ces longs mois d'été, tout juste bon à nous ramollir et à profiter des plaisirs coupables de la vie à cause de cette chaleur insupportable. Enfant, j'aimais le Soleil et la lumière qu'il prodiguait sur ma peau d'albâtre. Je trouvais que c'était la plus belle chose qui existe en ce bas monde, qu'il apaisait les âmes et les peines. Je l'adorais tellement. Mais l'hiver vient. Il arrive toujours sans crier gare. Et le froid. Il vous transperce comme un millier de lances sur votre peau, le vent qui se soulève et qui glace tout sur son passage. Tout cela vous mène à une mort rapide. Combien de corps ont été relevé de la Volga quand le froid partait, tous morts noyés et transi par le froid, ces maccabés tombaient souvent "aidés" dans le fleuve. Je me souviens quand mon père lisait le journal, il me disait que c'était chose commune dans notre monde et que des fois, pour le bien de tous, il fallait geler certaines personnes. J'ai donc associé l'hiver à la mort et l'été à la vie.

Mais c'était avant.

Avant que je quitte mon pays, que je m'expatrie pour un fiancé qui n'a pas une once de compassion pour moi et qui ignore mes sentiments à son encontre. Avant que je doive faire fasse à un nouveau monde qui est bien trop dur pour moi, un monde qui a pris grand plaisir à m'apprendre les nouvelles règles établies, pas dans le sang et en marquant la chair, mais en inspirant la terreur dans mon esprit, le corrompant peu à peu à la paranoïa. La naiveté et la candeur sont de maigres boucliers, je n'inspire que le rire et la pitié. Moi qui aie été éduquée pour faire parti de la classe dirigeante de ce monde, je me retrouve oppressée par ce monde que je ne connais pas, que je ne comprends pas.

Alors, il n'y a qu'une chose à faire: apprendre. Quitte à en pleurer, je dois apprendre à sortir les bonnes cartes et surtout, devenir un maître du jeu et enfin, tirer les ficelles. Aujourd'hui, je vais voir au pas de course ma grand-mère Aphrodite, le plus atout d'une femme, c'est son charme, si je sais l'utiliser, je vais pouvoir enfin ... enfin, je pourrais enfin m'en sortir avec Orion.

J'arrive dans la salle d'attente, elle est en retard, elle doit être avec un énième amant, pour une fois, j'aurais aimé qu'elle soit là !  

« Bonjour mademoiselle. S’il vous plaît, n’hésitez pas à me renvoyer de la manière la plus brutale possible dès que je suis de trop. Je m’appelle Damon, et je commençais à m’ennuyer à attendre tout seul, que diriez-vous de patienter ensemble ? »

Je croise ses yeux, il a les cheveux en bataille, un sourire en coin et une aura qui se veut rassurante. Il semble débrailler.

"Je ..."


Perds mes mots. Encore, je ne sais pas comment me comporter avec les hommes, j'ai l'impression de ne jamais comprendre leurs véritables intentions, je ne les comprends pas. Ou plutôt est-ce que je les comprends trop bien et c'est de moi que vient le problème: je ne sais pas ce que je veux vraiment. Depuis que je suis enfant, je me suis confortée d'effectuer mon devoir mais aujourd'hui, je ne veux plus de cette vie princière, j'ai gouté au vent de la liberté, libérée de cette vie de château archaique.

"Je serais plus que ravie de patienter avec vous Damon, je suis Mademoiselle Isayeva, je suis la cousine de Madame Shelldove."

Je m'approche de lui tends ma main.

"Enchantée de faire votre connaissance."


Code by Sleepy

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas


avatar

ARES

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 688
Date d'inscription : 06/08/2017

Feuille de Personnage
Arme(s): Une courte épée en bronze céleste et un bâton qui se rétracte en chevalière. Le bâton s'enflamme et est fait de métal hybride.
Familier(s): Un chat qu'il a appelé Don Juan
Objet(s):

MessageSujet: Re: La salle d'attente (ft. Myria ) Lun 15 Jan - 19:57



La salle d'attente
Damon & Myria

« Winter is coming »
Les doigts fantasques des nuées de neige caressaient la fenêtre, recouvrant petit à petit son rebord d’un manteau épais. Ils étaient comme coincés dans cette oasis à attendre leur délivrance, ou dans ce cas-là, mademoiselle Shelldove. La jeune fille était intéressante, fluctuante. Ses doigts fins et sa peau blême trahissaient un certain côté sédentaire, ancré dans ses habitudes, et son regard fuyant était typique de quelqu’un qui ne croit pas en soi. Pas qu’elle manque d’estime d’elle, loin de là. C’était quelque chose de différent, un manque d’habitude socialement parlant, peut-être.

Je ...

En quelques secondes, Damon vit la demoiselle passer par une multitude d’états d’esprits différents, son cœur révélant toutes les informations dont il avait besoin pour la connaître. Elle était chancelante dans ses mots, n’osant croiser ses yeux. Dans son cœur il pouvait voir un désir profond d’être plus éloquente, apte avec ses mots face aux hommes. Il se demandait d’où venait cette inquiétude, peut-être un manque de contact avec le sexe opposé. Il voyait ses lèvres tremblantes, et une frustration très légère dirigée contre elle-même, une flamme farouche qui commençait à s’allumer en elle pour brûler ses insécurités. Le vent du changement soufflait en elle, animant sa réponse :

Je serais plus que ravie de patienter avec vous Damon, je suis Mademoiselle Isayeva, je suis la cousine de Madame Shelldove.

Elle tendit sa main.

Enchantée de faire votre connaissance.

Sa réponse était posée et calme, accompagnée d’un sourire calculé, comme si il avait été répété maintes et maintes fois. Tout était carré à propos d’elle, réfléchi : sa posture, sa tenue, ses cheveux coiffés à la perfection, cette réponse polie et cette main tendue avec une diplomatie irréprochable. La petite fille incertaine de parler à un homme inconnu était partie, remplacée par une femme au port royal qui usait les coutumes sociales et la politesse comme une arme infaillible. Damon lui prit la main pour la serrer avec un petit sourire confiant :

Moi de même. Isayeva, c’est russe n’est-ce pas ? Est-ce que miss Shelldove a des origines russes ? Je trouve ça amusant de rencontrer des membres de sa famille. Pourquoi est-ce que vous voulez la voir d’ailleurs, si ce n’est pas trop indiscret ? J’ose imaginer que ce n’est pas pour des raisons professionnelles.

En vérité, il savait très bien pourquoi elle était là. Des conseils sur les hommes, apparemment. Des conseils en général sur comment user de ses charmes féminins. Il ne s’était pas trompé sur le désir de changement de la demoiselle. Elle semblait être une poupée de porcelaine qu’on avait protégée un peu trop longtemps, maintenant désireuse de plus, désireuse de s’échapper de son berceau pour devenir plus forte et résiliente. Un désir tout à fait louable. Damon était d’ores et déjà intrigué par cette princesse rousse, au regard douteux face au futur, et commençait à faire de l’aider sa mission, préparant les mots qu’il maniait si bien pour la motiver et la conseiller. Elle semblait, comme lui, dans un état d’incertitude émotionnel, tangente et ballotée par les eaux agitées du doute.

(c) DΛNDELION

_____________________________


they wanna see me dead but i'm looking like a god

"you burn, you always do. "

Revenir en haut Aller en bas


avatar

HARMONIE

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 135
Date d'inscription : 30/10/2017
Age : 21

Feuille de Personnage
Arme(s): Une rapière et une dague
Familier(s): Un husky sibérien qui se nomme Ragna
Objet(s):

MessageSujet: Re: La salle d'attente (ft. Myria ) Mer 17 Jan - 19:09



La salle d'attente


Damon et Myria



Il me serre doucement la main, sûrement de peur de me la broyer, il n'aurait aucun mal, cela ne fait aucun doute. Je retire ma main, la mienne est si froide, comme de la glace. Il semblerait que le vent de mon pays m'enveloppe. Aussitôt que le contact est rompu, je retrouve cette vieille terreur qui m'étreint, tellement impatiente de me dévorer de l'intérieur, après tout, pour elle, je ne suis qu'une poupée sans autre intérêt que de consumer une âme trop faible. Je ne peux m'empêcher de sourire, la faiblesse est le pire ennemi d'un souverain, car personne ne voudra suivre un couard. A force d'être restée trop longtemps derrière des barreaux d'or, je ne peux m'empêcher de craindre le vrai monde.

Mais ce temps doit être révolu, je dois renverser la vapeur.

"Moi de même. Isayeva, c’est russe n’est-ce pas ? Est-ce que miss Shelldove a des origines russes ? Je trouve ça amusant de rencontrer des membres de sa famille. Pourquoi est-ce que vous voulez la voir d’ailleurs, si ce n’est pas trop indiscret ? J’ose imaginer que ce n’est pas pour des raisons professionnelles. "

Je lâche un petit rire, si je le disais les origines de ma famille, il serait sûrement surpris. Quand j'y pense, ne suis-je pas gréco-russe ? Les commissures de mes lèvres ne s'affaissent pas, je trouve la chose étrangement comique. Ma mère est allée de par le monde et moi, je voudrais rester dans mon pauvre palais perdu dans les neiges ? Je manque cruellement de confiance en moi-même.

"Eh bien, c'est ... fortement compliqué."


Je ne peux m'empêcher de froncer les sourcils, essayant de démêler les histoires ancestrales, je me reprends néanmoins.

"Alors, pour faire simple, c'est ma cousine éloignée, tout une histoire de mariage et de remariage. En Russie, les mariages ne durent pas souvent longtemps."

Je m'écarte de lui avant de répondre, un sourire merveilleux collé aux lèvres.

"J'ai envie de la voir, nous sommes assez complices, et puis, elle me fait office de grande soeur ici. Je m'habitue mal dans ce pays, il y fait si chaud !"

Je m'approche de la fenêtre, les flocons tombent maintenant sur la ville qui ne dort jamais, je me force à paraître naturelle, décomplexée mais au fond, je reste une fillette qui n'arrive rien à rien, qui malgré ses efforts, ne comprend rien.

"Et vous, pourquoi êtes venue la voir ? Vous avez des problèmes sentimentaux que vous vous voulez résoudre ?"

Je le regarde, aucune moquerie ne teinte mon âme, je cherche à le comprendre, à savoir si lui aussi souffre des mêmes déboires que moi, l'idée de ne pas être la seule à souffrir des mêmes soucis me réconforte un peu, cela me donne l'impression d'être normale. Enfin, si le mot normale peut s'appliquer à moi ...

Code by Sleepy

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La salle d'attente (ft. Myria )

Revenir en haut Aller en bas

La salle d'attente (ft. Myria )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [rp]Salle d'attente pour les patients
» La salle d'attente
» strip poker dans une salle vide [PV Cassandra et Jun]
» Salle d'attente
» La Salle du Feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Filiorum ex Deorum :: 
RPG ~ Le monde des Mortels
 :: New York
-